Ce qu'il faut retenir de l'Open d'Australie

le , mis à jour le
0
Ce qu'il faut retenir de l'Open d'Australie
Ce qu'il faut retenir de l'Open d'Australie

Les triomphes de Novak Djokovic et Angelique Kerber, le parcours moyen des Français, le flop Rafael Nadal... : retour sur les faits marquants de l'Open d'Australie 2016.

Novak Djokovic est invincible...

Il était l’immense favori, il n’a pas failli à son statut. Novak Djokovic a remporté son sixième Open d’Australie, soit son onzième tournoi du Grand Chelem, et s’affirme une fois de plus comme le maître du tennis actuel. A 28 ans, le Serbe est dans la forme de sa vie, et n’aura finalement été poussé dans ses retranchements que par Gilles Simon durant la quinzaine. Il a ridiculisé Roger Federer pendant deux sets et Andy Murray pendant un set, et on peut vraiment commencer à se demander s’il ne va pas battre le record de victoires en Grand Chelem de Roger Federer (17) dès l’US Open 2017. Mais avant, il va devoir se confronter à l’un des plus défis de sa carrière : remporter Roland-Garros.

...pas Serena !

Pour le deuxième tournoi du Grand Chelem de suite, ce n’est pas Serena Williams qui s’est imposée. Mine de rien, cela n’était plus arrivé depuis l’été 2014 (victoire de Sharapova à Roland-Garros et Kvitova à Wimbledon). Après Flavia Pennetta à l’US Open, c’est Angelique Kerber qui a déjoué les pronostics en remportant son premier Grand Chelem, à 28 ans. L’Allemande, qui a sauvé une balle de match au premier tour contre la Japonaise Doi, a ensuite réussi un tournoi parfait, même si elle n’a eu à éliminer qu’une seule tête de série (la redoutable Azarenka), avant ce magnifique match contre Serena, qui avait tout écrasé sur son passage depuis le début de la quinzaine. Pour la nouvelle n°2 mondiale, qui empêche l’Américaine de rejoindre sa compatriote Steffi Graf au palmarès en Grand Chelem (22 titres), le plus dur sera désormais de confirmer.

Des Français corrects, sans plus

Comme souvent en Grand Chelem, les Français ont été éliminés dès qu’ils ont affronté un adversaire mieux classé : Monfils par Raonic en huitièmes, Tsonga et Simon par Nishikori et Djokovic en huitièmes. Rien de scandaleux, la logique ayant été respectée, mais on aurait bien voulu assister à un petit exploit. Retenons tout de même que Gilles Simon aura été le seul joueur à prendre deux sets au n°1 mondial ! Quentin Halys l’avait lui poussé jusqu’au tie-break au 2eme tour. Du côté des déceptions, l’élimination d’entrée de Benoit Paire contre l’inconnu américain Rubin aura été la plus importante, devant celle de Chardy par le Russe Kuznetsov au deuxième tour. Chez les femmes, Alizé Cornet, touchée aux adducteurs, n’a pas bénéficié de l’élimination précoce de Simona Halep pour avancer dans le tableau, et est sortie dès le deuxième tour. Carolina Garcia s’est une fois de plus manquée en Grand Chelem, et Kristina Mladenovic a perdu 11-9 au 3eme set du 3eme tour face à l’Australienne Gavrilova, soutenue par tout un stade. Le tennis féminin français se cherche toujours une leader capable d’aller e deuxième semaine...

Nadal, le gros flop

Après une saison 2014 délicate (deux quarts de finale en Grand Chelem), Rafael Nadal espérait repartir du bon pied. La claque reçue face à Novak Djokovic en finale à Doha n’était pas de bon augure, mais l’Espagnol avait tout de même largement les capacités d’atteindre au moins les quarts à Melbourne. Patatras ! Le nonuple vainqueur de Roland-Garros s’est pris les pieds dans le tapis dès le premier tour face à Fernando Verdasco, qu’il avait battu 14 fois sur 16. Une victoire 7-6, 4-6 3-6, 7-6, 6-2 pour le 45eme mondial (qui a été éliminé dès le tour suivant, comme c’est souvent le cas pour les bourreaux de Nadal), synonyme d’élimination du Majorquin au premier tour d’un Grand Chelem pour la deuxième fois de sa carrière. Nadal s’est déjà remis au travail, sur terre battue, où il espère briller lors de la tournée sud-américaine de février. A moins qu’il ne soit définitivement sur la pente descendante ?

Des révélations chez les femmes, pas chez les hommes

Après deux tours, 14 têtes de série du tableau féminin avaient déjà pris la porte. Et non des moindres : Halep, Kvitova, V.Williams, Wozniacki, Errani... Cela a donc laissé le tableau ouvert pour certaines filles pas habituées à se retrouver à pareille fête, à l’image de la Chinoise Zhang et de la Britannique Konta, battues respectivement en quarts et en demies. Chez les hommes, un seul joueur non tête de série était présent en huitième de finale (7 chez les femmes) : le Russe Kuznetsov, et il a été battu par Gaël Monfils. Pas de grandes révélations cette année, comme l’avaient été Tomic, Kyrgios, Tsonga ou Baghdatis avant eux. Rendez-vous à Roland-Garros pour les surprises ?

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant