Ce qu'il faut retenir de l'Euro à Nice

le
0
Ce qu'il faut retenir de l'Euro à Nice
Ce qu'il faut retenir de l'Euro à Nice

L'Euro 2016 à Nice, c'est fini. De la purge Pologne-Irlande du Nord au dantesque Islande-Angleterre, en passant par le but de Nainggolan ou le malheureux décès d'un supporter nord-irlandais, on dresse le bilan du spot niçois.

Le match qu'il ne fallait pas rater

Angleterre 1-2 Islande


Quel plaisir de voir ces insulaires se livrer une bataille sans merci. Les Anglais croyaient avoir fait le plus dur en inscrivant un pénalty dès la cinquième minute. Et puis les Islandais, à force de courage et de rigueur tactique, ont fait couler le navire britannique. Un scénario dingue, des supporters en éruption et de l'émotion, avant tout. Beaucoup d'émotions. À la sortie du stade, les Islandais campent une petite heure devant l'Allianz Riviera et se tiennent chaud à coups de tambour. L'oncle de Bjarnason, certainement le plus emblématique des Vikings, n'a plus beaucoup de voix à donner, mais suffisamment pour remercier ses nouveaux héros : " J'ai plus un rond, je vais devoir rentrer en Islande, mais je ne regrette pas une seule seconde. " Et même quelques Anglais, fair-play, viennent serrer des mains aux heureux : " What a game ! "




Le match qu'il fallait rater

Pologne 1-0 Irlande du Nord


Une purge pour débuter. Pour son premier match de la compétition, l'Euro à Nice accueille un Pologne-Irlande du Nord faible à tous points de vue. Peu d'intensité, une équipe nord-irlandaise courageuse mais incroyablement limitée qui tente de résister aux assauts peu convaincants des Polonais, et beaucoup d'ennui en tribunes. L'unique but du match signé Milik n'y change pas grand-chose. Heureusement que les fans des deux équipes se sont chargés…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant