Ce qu'il faudra surveiller dans les comptes semestriels des entreprises

le
0

Décortiquer les comptes d'une entreprise n'est pas à la portée du premier actionnaire venu. Il y faut déjà une bonne maîtrise de la comptabilité. Mais, surtout, il faut se tenir à jour de la mise en œuvre constante des nouvelles dispositions prévues par les normes internationales (IFRS). L'exercice ne relève pas de la promenade de santé. Les analystes eux-mêmes y perdent souvent leur latin. La publication des comptes semestriels, qui va s'accélérer à partir de cette semaine (STMicroelectronics, Danone, Lafarge, Technip, Unibail-Rodamco, Groupe Eurotunnel, etc.), donnera donc, une fois de plus, l'occasion de vérifier que la traduction comptable de la vie des entreprises cotées évolue à grands pas. Et pas toujours, hélas, dans le sens d'une meilleure lisibilité des comptes.

Pour certaines entreprises,

ce ne sont pas des changements mineurs qui interviennent. Ainsi, tel dirigeant d'équipementier automobile se lamentait, il y a peu, qu'il ne pouvait plus consolider comme avant le chiffre d'affaires de la dizaine de joint-ventures qu'il co-contrôle en Chine. En effet, ce que les professionnels du chiffre appellent le «paquet consolidation» (normes IFRS 10, 11,12), et qui est applicable depuis le 1er janvier 2013, change la méthode de consolidation des co-entreprises. Pour certains groupes, l'intégration proportionnelle qui fait place à la mise en équivalence des résultats des co-entreprises, a des impacts notables. 

Le premier semestre

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant