Ce qu'il fallait retenir de la conférence de presse

le
0

Le sélectionneur de l’équipe de France, Didier Deschamps s’est exprimé en conférence de presse, ce mercredi. Il est revenu sur le forfait de Raphael Varane, le retour d’Adil Rami et sur le départ des sept réservistes.

Les ennuis continuent en défense Victime d’une lésion musculaire à la cuisse droite, Raphael Varane, le taulier de la défense de l’ère Deschamps, est forfait pour l’Euro. Didier Deschamps l’a rappelé en conférence de presse : « La durée de sa blessure est incertaine, j’ai pris la décision de ne pas le retenir. C’est un coup dur, mais je dois penser au groupe et aux échéances qui arrivent, c'est-à-dire les trois premiers matchs de l’Euro. » Le sélectionneur semblait atteint par ce forfait, même si il fait preuve d’optimisme. « C’est embêtant. J’ai confiance aux joueurs présents. Il faut trouver la meilleure solution », tempère Didier Deschamps. En revanche, l’ancien coach de Marseille n’a aucun regret sur le fait de ne pas avoir vraiment testé d’autres charnières centrales. « Je ne peux pas deviner la blessure d’un joueur. Je m’adapte. Je faisais en sorte d’avoir un fil conducteur depuis le Mondial. On se retrouve dans une situation compliquée par rapport à cet axe défensif, je m’adapte et j’essaye de trouver une solution. » Pragmatique. Jérémy Mathieu, autre blessé de la défense de Didier Deschamps, est un cas moins préoccupant. Le Barcelonais est « forfait pour le premier match amical à Nantes » face au Cameroun, a annoncé le sélectionneur. « Avoir deux défenseurs centraux gauchers, ce n’est pas viable pour moi » Le retour de son remplaçant, Adil Rami, en a surpris plus d’un. Pointé du doigt concernant l’utilité du groupe de réservistes et de la non-sélection de Samuel Umtiti dans les 23, Didier Deschamps s’est montré très clair. « C’est plus un problème technique, à  savoir l’association d’une charnière centrale. Avoir deux défenseurs centraux gauchers, ce n’est pas viable pour moi. » Le choix de convoquer Adil Rami était inattendu, surtout après les déclarations du Sévillan au micro de RMC. Deschamps s’est expliqué avec son joueur pour repartir sur de bonnes bases. « J’ai eu une discussion avec lui (Rami), il n’y a qu’une chose qui me gêne, c’est qu’il ait pu dire que je l’ai conseillé d’aller à Séville plutôt qu’à Lyon, c’est faux et il le sait très bien. Après, sur son sentiment, il s’est trompé, puisqu’il est là », explique le patron des Bleus, avant de saluer la belle saison de l’ancien Lillois, « il a réalisé une très belle saison avec son club. Il a eu un creux, pour ne pas dire un trou, mais cette saison, il a retrouvé un très bon niveau. » Concernant la charnière centrale qu’il alignera le 10 juin face à la Roumanie, Didier Deschamps s’est montré beaucoup plus évasif. « Vous verrez, j’ai le temps. Il y aura deux matchs, je n’ai pas encore décidé. La hiérarchie derrière est évolutive », s’amuse le sélectionneur. Face au peu de temps qu’il lui reste pour travailler la complémentarité de sa défense centrale, l’ancien joueur de la Juventus Turin, préfère relativiser et miser sur les matchs amicaux face au Cameroun et l’Ecosse : « Je n’ai pas de remède miracle. Il faut être performant défensivement, en plus de marquer des buts. On n’a peu de temps, ce n’est pas dramatique, même si le vécu, ça aide pour les automatismes. « Les réservistes partiront dimanche » Didier Deschamps a avoué vouloir « évolué avec ces 23 lors du premier match amical » mais les circonstances l’on conduit à revoir son jugement. Le groupe sera au complet pour le déplacement à Nantes. Les réservistes quitteront le rassemblement des Bleus dès le lendemain. « Je garderai ce groupe de 30 joueurs jusqu’à samedi et les réservistes nous quitteront dimanche. Je préfère avoir un groupe resserré, on n’a que deux matchs et travailler avec trente joueurs, ce n’est pas facile. Je veux que le groupe des 22 (Antoine Griezmann, qui dispute la finale de la Ligue des Champions, ne sera pas rentré) soit à partir de dimanche dans un mode compétition », a déclaré Didier Deschamps. En espérant que le sélectionneur ne soit pas contraint à faire face à de nouveaux pépins. « Je me serai bien passé de tout ce qu’il s’est passé cette saison (affaire de la sextape, Sakho, Varane). J’aurai préféré avoir moins de soucis. Ils sont là, je fais avec » a pesté Deschamps. A J-16 du début de l’Euro, les maux de têtes du sélectionneur ne font que commencer.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant