«Ce nouveau coup de rabot des APL va pénaliser 10% des allocataires»

le
12

INTERVIEW - Un décret doit instaurer la prise en compte du patrimoine dans le calcul des aides personnalisées au logement (APL). Eddie Jacquemart, président de la Confédération nationale du logement (CNL) confie ses inquiétudes au Figaro Immobilier.

C’est la seconde fois en seulement quelques mois que l’État s’en prend aux aides personnalisées au logement (APL). La première mesure a été pris au début de l’été: depuis le 1er juillet dernier, au-delà d’un certain plafond de loyer, le montant des aides diminue progressivement. Cette mesure était incluse dans la loi de Finances pour 2016 votée en décembre dernier. Une mesure qui concerne 80.000 foyers, dont une grande majorité de Parisiens.

Cette fois-ci, l’État va encore plus loin: il projette d’introduire dans les bases de calcul de l’APL, le patrimoine des familles dépassant 30.000 euros à partir du 1er octobre. Un véritable «coup de grâce», selon Eddie Jacquemart, président de la Confédération Nationale du Logement (CNL). Il explique au Figaro Immobilier dans quelle mesure ce nouveau décret va profondément impacter les Français. Pour rappel, un bénéficiare de l’APL touche en moyenne 233 euros mensuels, selon le ministère du Logement.

LE FIGARO IMMOBILIER. - C’est la deuxième fois en quelques mois que le gouvernement modifie le calcul des APL. Est-ce un acharnement?

EDDIE JACQUEMART. - Cela commence à faire beaucoup, en effet... Depuis le premier décret qui a été mis en application le 1er juillet, sur 80.000 foyers concernés par une baisse de leurs aides, c’est 16.000 d’entre eux qui ont perdu complètement leur APL! Les autres ont perdu 70 euros en moyenne, selon des chiffres dévoilés par la CAF. Voilà pour le coup de rabot de l’été. Désormais, voici le coup de rabot de l’automne... Et celui-ci tombe comme un coup de grâce.

En quoi est-il plus grave que le décret précédent?

Parce qu’il va toucher un nombre de personnes beaucoup plus élevé. En France, 6,5 millions de personnes touchent les aides personnalisées au logement. Ce décret devrait concerner 650.000 personnes, soit 10% des allocataires français. C’est énorme, même si l’on ne peut pas encore évaluer avec précision combien d’APL vont perdre les personnes concernées. Ce qui est étonnant aussi, ce sont les annonces paradoxales du gouvernement: d’un côté on annonce des baisses d’impôts, et de l’autre, on pénalise les familles avec ce genre de mesure...

Quels profils de Français seront touchés?

La totalité des épargnants populaires et surtout les personnes âgées. Exemple: prenons une famille qui paie 600 euros de loyer à Paris, et gagne 15.000 euros par mois, perçoit 248 euros mensuels d’APL, et possède un livret A au plafond à 25.000 euros d’épargne (avec les intérêts). Ils ont également hérité d’une maison familiale dans la Creuse, estimée à 80.000 euros. Cette famille est au dessus du seuil de 30.000 euros. Elle verra donc ses APL réduites de 22 euros par mois...

Comment ce seuil de 30.000 euros de patrimoine a-t-il été trouvé?

Peut-être est-ce le seuil de la richesse? Ou bien un clin d’œil au plafond que le président François Hollande avait promis pour le livret A, alors qu’il est finalement resté à 22.000 euros? Il s’agit d’une mesure choquante, qui pénalise l’épargnant populaire. Cela ressemble fort à une façon déguisée d’imposer les livrets d’épargnes classiques qui ne le sont pas encore... Chômage, baisse des salaires, et baisse du pouvoir d’achat pénalisent les Français. Il faut donc que l’on accepte que la ligne APL augmente! Or, le gouvernement fait tout le contraire. C’est pourquoi nous avons demandé à la ministre Emmanuelle Cosse de supprimer tout le volet lié à l’épargne populaire.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lopez69 il y a 3 mois

    Même pas capables de recopier, lol!Autre cas avec un ménage comprenant un couple avec deux enfants qui habite en zone 2 (villes de plus de 100.000 habitants ou Corse, hors Ile-de-France) qui gagne 15.000 euros par an, dont le loyer s'élève à 600 euros hors charges. Son patrimoine atteint les 125.000 euros etc...http://www.lci.fr/conso-argent/aide-au-logement-apl-caf-nouveaute-2002961.html

  • M8252219 il y a 3 mois

    600 euros de loyer par mois 15000 € de revenu mensuel( une misère) et il reçoit 248 € d'APL Le système social français est pour i

  • olivie91 il y a 3 mois

    Du grand n importe quoi pour des petits retraités à 800 euros par mois qui complètent leur maison de retraite avec la vente de leur logement. Ça cumulé avec l arnaque de la baisse des assurances vie en euros ça va faire mal. D'autres a faire non par ex supprimer le sénat. Ou encore par ex une retraite sur les mêmes bases pour tous. Vu par ex celles d EDF.. Un autre monde.

  • xaavidf il y a 3 mois

    Le ménage qui gagne 15.000 € par mois, on peut lui raboter 22 € d'apl...je pense qu'il faut lire 1 500 €/mois lol

  • gache1 il y a 3 mois

    Il faut tailler dans le maquis des aides au logement qui coûtent un bras et dont l'efficacité est très discutable.

  • tobbie il y a 3 mois

    Je trouve plutot incroyable que des gens qui ont une résidence secondaire, fut-elle dans la creuse, bénéficient d'une aide au paiement de leur loyer.

  • tobbie il y a 3 mois

    c'est une mesure de bon sens. Les apl coutent très cher à l'état, mais elles n'aident pas vraiment les gens car elles sont happées par les propriétaires sous la forme d'une hausse des loyers.

  • akelacca il y a 3 mois

    30 000€ ça fait a peut près 10 ans d'APL.

  • M169421 il y a 3 mois

    Il faut faire des économies pour donner aux migrants,dont parfois le seuil est plus élevé que le pauvre français qui n'en veut plus. On a plus les moyens alors on coupe et on prend tout ce qui peut être pris.

  • sibile il y a 3 mois

    et hop ! je donne d'un côté et je reprends de l'autre ....