Ce millionnaire du baseball a choisi de vivre dans un camping-car

le
7

A 21 ans, Daniel Norris, espoir du baseball américain, où il a démarré avec un chèque de 2 millions de dollars tourne le dos au style de vie tape-à-l'½il. Il vit dans un camping stationné derrière un centre commercial.

Le bling-bling, très peu pour lui. A 21 ans, Daniel Norris peut pourtant faire état d'un compte en banque bien garni. Son aptitude à lancer régulièrement sa balle de baseball à 150 km/h lui a permis d'être recruté dans l'équipe de Toronto (Canada) avec un bonus à l'entrée de 2 millions de dollars. Et pourtant, les soirées de gala et les logements tapageurs ce n'est vraiment pas son truc.

Ainsi, pour rejoindre son camp d'entraînement de printemps en Floride pendant trois semaines, il a opté pour le camping-car qui lui sert aussi de logement pendant toute la période. Pas un modèle de luxe, un bon vieux combi Volkswagen de 1978, payé 10.000 dollars. Baptisé Shaggy, l'engin fait référence à un personnage du dessin animé Scoubidou (Sammy en version française) qui utilise le même moyen de locomotion. Quant à son port d'attache, il s'agit tout simplement d'un parking de supermarché Walmart où tout le monde a surnommé le joueur Van Man (l'homme à la camionnette).

Avec son look hippie, Daniel Norris assume un mode de vie totalement atypique. Pas d'alcool, pas de drogue, pas de télé, de bon vieux bouquins à l'ancienne et un goût prononcé pour les magazines consacrés à la photo. «Je pense que la simplicité de ce mode de vie, c'est ce qui m'attire le plus, expliquait-il à la chaîne GrindTV pour justifier son choix du camping-car. J'ai grandi avec un mode de vie simple et je savais qu'en passant professionnel du baseball ce la me mettrait une certaine pression. Mais à mon avis, il n'y a pas besoin de luxe, ou du moins pas dans le sens où l'entend la société.»

Du côté du club de baseball de Toronto, les responsables ne comprennent pas vraiment la démarche de Daniel Norris, mais l'acceptent dans la mesure où le joueur se maintient en forme, travaille et assure de bon résultats. Et même si sur son parking, certains visiteurs le prennent pour un SDF, le sportif défend son choix de vie. Il n'hésite pas à publier sur Twitter des photos de ses virées et assure vouloir continuer à bichonner son camping-car pour «devenir un ambassadeur pour défendre les causes qui me tiennent à c½ur».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5892708 le jeudi 12 mar 2015 à 11:44

    😎 J'en connais un autre qui a sa maison à roulettes. N'est-ce pas. 🏄Maxdemuiné ! (Au Vietnam)

  • M2711013 le jeudi 12 mar 2015 à 10:59

    Avec la baisse de mes retraites, continue depuis 6 ans, je ne pourrai même plus me payer un c.c. !

  • d.jousse le jeudi 12 mar 2015 à 09:13

    Ce n'est pas l'homme qui possède les objets, mais les objets qui possèdent l'homme. Ce Norris a compris les méfaits d'une société de consommation.

  • md24750 le jeudi 12 mar 2015 à 08:57

    C'est le petit fils de Chuck ? en tout cas, à 21 ans, il a du plomb dans la cervelle. BRAVO.

  • S816520 le mercredi 11 mar 2015 à 20:55

    et oui le charme du camping-car, esprit de liberté et d'aventure à la mode bohème ...

  • queb63 le mercredi 11 mar 2015 à 20:50

    Enfin quelqu'un qui tourne le dos à cette société de consommation qui détruit et asservie l'Homme. Retour à l'essentiel. C'est les riches qui feraient la gu.eule, plus personne pour acheter des iphones à 600€ etc.

  • DADGAD le mercredi 11 mar 2015 à 19:43

    Moi aussi je songe à m'installer dans un camping car...