Ce Milan ressemble de plus en plus au Chievo

le
0
Ce Milan ressemble de plus en plus au Chievo
Ce Milan ressemble de plus en plus au Chievo

En ouverture de la 25ème journée de Serie A, le Milan a été incapable d'inquiéter une équipe du Chievo bien en place. Le mal est plus profond qu'on ne le pensait pour les hommes de Pippo Inzaghi.

Chievo 0-0 Milan
Quand Filippo Inzaghi tente le tout pour le tout à un quart d'heure de la fin d'un match contre le Chievo en sortant un 4-2-3-1 avec Poli-Bonaventura au milieu, et le trio Cerci-Honda-Menez en soutien de Pazzini, on se dit que ça sent le coup de poker désespéré. Et du désespoir, les supporters du Milan continuent d'en éprouver devant une équipe incapable de mettre en place une idée de football précise, malgré une possession de balle de 63%. L'hécatombe de blessures n'est plus un alibi valable et l'hyperactivité lors du mercato hivernal n'a fait que rajouter de la confusion à une situation déjà délicate. Ce soir, les derniers espoirs d'une qualification européenne se sont peut-être envolés avec ce 0-0 aussi triste qu'il en a l'air. A moins d'un miracle, on ne voit pas ce Milan redresser la tête d'ici la fin de saison. Le Chievo, lui, prend son petit point utile pour la course au maintien.
Destro s'est rasé
On ne change pas une équipe qui gagne, surtout quand ça n'arrive pas souvent. C'est pour cela que Pippo Inzaghi a décidé de miser sur ce 4-3-1-2 pour la seconde fois consécutive. Le onze de départ est même pratiquement identique à celui contre Cesena, chose rare cette saison au Milan. Diego Lopez a repris sa place dans les buts après sa suspension et Alex suppléé Rami forfait. Bonera proche de marquer son premier but avec le Milan en neuf saisons, c'est un signe que le match ne sera pas une partie de plaisir pour les spectateurs et les téléspectateurs. En effet, les deux équipes restent très prudentes, et le Chievo, pire attaque à domicile avec dix buts, n'existe que par son éternel capitaine Pellissier, aka le plus grand valdôtain de l'histoire du foot. Pour le reste, une belle compilation de glissades, de fautes, d'approximations techniques et de ballons perdus. Une première mi-temps cauchemardesque pour les live-commentateurs, qui se termine par une tête déviée improbable de Destro sur un tir de Montolivo. L'ex-attaquant de la Roma se fait surtout remarquer par son...



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant