Ce jour où Nasri et Ben Arfa gagnaient l'Euro

le
0
Ce jour où Nasri et Ben Arfa gagnaient l'Euro
Ce jour où Nasri et Ben Arfa gagnaient l'Euro

Il y a onze ans, la France boxait l'Espagne en finale de l'Euro U17, grâce à Samir Nasri et Kevin Constant. Un duo symbole d'une équipe de potes insouciants, semi-pros qui récitaient encore leurs tables de multiplication entre le plat et le dessert.

"La chanson qu'on écoute en boucle, c'est Cette année-là, de Claude François. Les paroles retracent notre histoire, de notre première sélection à aujourd'hui", sifflote Samir Nasri. Le Marseillais, seize berges au compteur, balade tranquillement sa bouille imberbe dans les couloirs du stade Gaston-Petit de Châteauroux, accordant quelques mots aux journalistes présents sur place. Quelques heures plus tard, le bonhomme contrôle, frappe des 25 mètres et marque pour les Bleus le but de la victoire face aux Espagnols de Juan Santisteban. Nasri permet ainsi à la France de remporter son tout premier championnat d'Europe dans la catégorie U17, après trois défaites - 1996, 2001 et 2002, mais scelle surtout la plus belle histoire collective de la génération 87.

"On a tous un rôle précis"


Car la compétition, présentée par l'entraîneur Philippe Bergeroo comme "une préparation pour l'équipe de France Espoirs dans trois ans", se transforme rapidement en école de la vie pour les adolescents. Aucun d'entre eux n'est professionnel et certains n'y ont d'ailleurs jamais songé. Le Petit Prince du Vélodrome n'est encore que valet de chambre de Camel Meriem et Karim Benzema cire le banc, mais l'alchimie fonctionne : "J'ai appris plus en trois semaines d'équipe de France qu'en une saison passée en club, confiait Benoît Costil, n°1 dans les cages devant Rémy Riou, sur football.fr. J'ai vu que l'esprit de groupe fait la différence, c'était une expérience formidable." Les gamins, poussés au travail scolaire, répètent leurs gammes entre deux parties de PES sur Playstation 2 : "Le midi, à table, lorsqu'on parlait de l'Euro, ils récitaient la table de multiplication. Il faut savoir profiter de ces moments de fraîcheur", dévoile Bergero à L'Equipe, au soir de la finale.

À l'entraînement aussi, le professionnalisme du sélectionneur et ses explications autour de schémas tactiques poussés passionnent les jeunes coqs. "Nous avons tous un rôle précis, une tactique, une organisation et, même à notre âge, c'est loin d'être chiant." confirme innocemment le défenseur nantais Abdelkarim El-Mourabet, toujours dans L'Equipe. Encore moins chiant, le jeu proposé par les minis-Bleus. Carrément palpitant, même. Huit ans plus tard, le Cos' se souvient "(d')une équipe de…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant