Ce constructeur a écouté des enfants pour concevoir ses maisons

le
0

VIDÉO - À partir de dessins d’enfants âgés de 6 à 7 ans, un constructeur de maison individuelle a réalisé un concept plutôt original pour l’habitat de demain.

L’immobilier n’est pas qu’une affaire de murs, il faut savoir faire preuve d’innovation et surtout d’originalité. Là où beaucoup font parler la technologie, les équipements ou les services, d’autres ont décidé de laisser la parole aux enfants pour imaginer l’habitat de demain. «Un soir d’insomnie, je me suis dit que ce serait sympa de monter un projet avec des enfants, raconte Matthieu Crambert, directeur technique de Maisons Ericlor (groupe Villadim). Nous, professionnels, sommes immergés dans notre métier et voyons l’avenir avec nos propres yeux. Pourquoi ne pas laisser parler les enfants? Les jeunes d’aujourd’hui sont nos clients de demain.»

Le concept peut faire sourire mais à les écouter, les petits ne manquent pas d’idées. À la question, «Comment imagines-tu la maison de tes rêves?», une classe d’élèves âgés de sept à huit ans, près de Tours, répond: «sur l’eau», «dans un arbre», «avec de la verdure» ou des «cailloux roses (!) autour» et enfin «grande». «C’est une manière de montrer à quel point les enfants ont su traduire leur vision du futur via leurs dessins et répondre parfaitement aux problématiques urbaines et environnementales de demain», poursuit Matthieu Crambert.

Il faut croire que les adultes ont validé les intuitions des enfants puisque ce projet a décroché la médaille d’or fin novembre à Madrid dans la catégorie «concept pour l’habitat de demain» du concours organisé par la LCA-FFB (Les Constructeurs et aménageurs de la Fédération française du bâtiment). Un prix décerné par les 400 adhérents présents sur place.

La hauteur, l’eau au pied des maisons ou encore le jardin sur les toits, autant d’idées que Matthieu Crambert a reproduites pour proposer quatre projets, plutôt ludiques (trois maisons individuelles et un immeuble collectif), «tout en gardant notre objectif premier: vivre dans un habitat qui a du sens». «Ces dernières années, les évolutions se concentrent sur le confort et le bien-être des habitants, explique le directeur technique des Maisons Ericlor. Demain, l’habitat devra être plus malin, plus propre et sera autonome et intelligent».

Résultat: une maison qui «s’auto-suffit» grâce à des systèmes ingénieux de récupération d’air ou d’eaux usées, par exemple, qui alimentent directement le jardin sur les toits (phytoépuration). Un Pour l’heure, il ne s’agit que d’un projet qui n’a pas encore été commercialisé mais qui ne manquera sans doute pas de susciter au moins de la curiosité.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant