Ce château de conte de fée belge sera bientôt détruit

le
0

VIDÉO - Faute d’investisseur, cette bâtisse néo-gothique du début du XXe siècle cachée dans la région de Namur va bientôt disparaître, démontée pierre par pierre. Elle faisait notamment office de centre de vacances.

C’est la tristesse qui domine chez nos voisins belges. Le mystérieux château de Noisy, parfois aussi appelé château Miranda devrait en effet être démolli dans les jours qui viennent. Plus que du patrimoine ancien (ce bâtiment est seulement vieux d’un siècle), c’est leurs souvenirs qu’ils craignent de voir ainsi s’envoler. Car les lieux ont fait office de centre de vacances pour les enfants de cheminots belges entre les années 1950 et 1980.

Construit au début du XXe siècle dans la forêt de Houyet, près de Namur, ce bâtiment néo-gothique est en fait une ferme transformée à partir de 1903 pour devenir la demeure de la famille du comte de Liedekerke-Beaufort. C’est après la Seconde guerre mondiale qu’il accueille comme un centre de loisirs les enfants des employés des chemins de fer belges. Les lieux sont finalement abandonnés en 1991 à la suite d’un incendie et de la présence de mérule, ce champignon qui peut faire des ravages dans les bâtiments.

Le sauvetage coûterait plus de 25 millions d’euros

Sachant que le sauvetage des lieux coûterait plus de 25 millions d’euros, le comte de Liedekerke-Beaufort a demandé fin 2013 un permis de démolition du château, officiellement pour raison de sécurité. Car si les lieux sont devenus inhabitables, ils attirent encore beaucoup de fans et de curieux, entre nostalgiques venus jouer là dans leur enfance et jeunes générations passionnées par ce genre de constructions laissées à l’abandon.

Des défenseurs du site ont d’ailleurs créé une page Facebook pour alerter sur cette disparition toute proche et mobiliser les opposants. Certains craignaient même l’arrivée des bulldozers sur le site dès le début de la semaine. Il n’en sera rien, comme le révèle le site Rtl.be, la demeure ne sera pas rasée mais démontée «pièce par pièce» afin de récupérer les plus beaux éléments architecturaux. Il n’en reste pas moins qu’après avoir aménagé l’accès au chantier, les travaux pourraient démarrer dès ce jeudi. A moins que la mobilisation ne porte ses fruits ou qu’un investisseur de dernière minute ne soit prêt à signer un gros chèque pour sauver ce château de conte de fées.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant