Ce chantier qui fait renaître Ramsès II

le
0
Malgré les soubresauts de la révolution égyptienne, une équipe dirigée par le Français Christian Leblanc participe à la création de «Louxor 2030», le plus grand musée à ciel ouvert du monde.

Vers 6 h 30, à l'heure où la montagne thébaine se teinte de rose, un mystère se produit: le Ramesseum disparaît. Pendant quelques minutes, les colonnes et les colosses du temple de Ramsès II se fondent dans la paroi rocheuse, absorbés par le jeu des lumières dorées. Instant de grâce et d'énigme, qui se répète depuis 3 500 ans. Puis l'activité s'empare des lieux. Dans l'une des cours, une vingtaine d'ouvriers en djellaba chantent, tirent en rythme sur deux cordes et font avancer d'un même élan, centimètre par centimètre, un énorme bloc de grès disposé sur des rouleaux de métal, eux-mêmes roulant sur des planches de bois. On fait difficilement plus artisanal et la méthode ne diffère pas beaucoup de celle qu'employaient les ouvriers de Ramsès II.

Assis devant le temple, aidés par quatre tailleurs de pierre envoyés par la France, d'autres ouvriers brochent les parements ou passent la gradine à la surface des blocs. Inlassablement, ils tapent sur leurs outils de

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant