Ce bunker habitable se vendra-t-il pour 214.000 euros ?

le
0

Un agent immobilier propose actuellement à la vente cet étonnant blockhaus posé sur les plages normandes du Débarquement. Il est certes habitable mais le tarif refroidit les acheteurs potentiels.

C’est une rareté comme le spécifie l’annonce de l’agence Pozzo Immobilier qui commercialise ce «blockhaus de 1943 à usage d’habitation». Partant du principe que ce qui est rare est cher, son propriétaire actuel, un Caennais qui s’en sert comme résidence secondaire, compte s’en séparer pour 214.000 euros. A raison de 75 mètres carrés habitables, cela ramène tout de même le tarif à 2850 euros le mètre carré habitable. Pas forcément donné pour ce logement insolite installé sur une plage de Ver-sur-Mer, petite commune de 1500 habitants du Calvados, situé entre Arromanches et Courseulles.

Certes, ce bunker dispose de quelques atouts, comme son terrain de 450 m² et sa terrasse de 110 m² avec vue imprenable sur la mer et le port d’Arromanches-les-Bains. Par ailleurs, il est bien équipé avec sa cuisine aménagée, sa salle d’eau, ses WC séparés et sa large pièce à vivre chauffée par une pompe à chaleur. En revanche, il n’y a pas de véritable chambre. De manière un peu incongrue pour un blockhaus, l’endroit dispose d’une exposition traversante avec sa baie et son ouverture vitrée.

Des demandes émanant d’Australie et de Suisse

Vraisemblablement, les vendeurs espèrent susciter l’intérêt des curieux et des passionnés de la Seconde guerre mondiale. Reste à savoir ce que ces derniers penseront de l’intégration des stores, pas vraiment d’époque, ou de l’ajout d’un escalier pour accéder à la terrasse. À en croire l’agent immobilier chargé de la vente, Jérémy Roussel interrogé par France Bleu Normandie, la curiosité des acheteurs est bien là avec des demandes émanant même d’Australie et de Suisse. Mais personne ne semble prêt à franchir l’obstacle du prix.

«S’il arrive à vendre ça 214.000 euros, je lui tire mon chapeau», s’amuse l’un des voisins du blockhaus cité par France Bleu. Pas plus enthousiaste, une autre voisine «trouve ça glauque d’habiter dans un bunker». L’agent immobilier a donc encore du pain sur la planche pour trouver preneur à ce prix.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant