Ce Bordeaux-là a de l'avenir

le
0
Ce Bordeaux-là a de l'avenir
Ce Bordeaux-là a de l'avenir

On leur promettait l'enfer, ils sont passés près du paradis. Samedi soir, à Libreville, les Girondins de Bordeaux ont manqué de peu de créer la première surprise de la saison lors du Trophée des Champions. Longtemps devant au score suite à un but d'Henri Saivet, les hommes de Francis Gillot ont craqué en toute fin de rencontre face au PSG (2-1). Une défaite aussi cruelle qu'imméritée qui laisse pourtant présager d'un avenir radieux. « Il ne nous a pas manqué grand chose, a regretté l'entraîneur girondin au micro de beIN Sport. On a eu l'occasion de mettre le deuxième but du break, mais on ne le met pas et derrière on sait qu'on va souffrir. On encaisse un but sur coup de pied arrêté, on aurait pu l'éviter, je pensais finir aux tirs au but. » Finalement, c'est Alex qui viendra clore tout suspense dans cette première rencontre officielle de la saison pour les deux équipes. Si le dénouement est dur à avaler, la prestation d'ensemble a de quoi rassurer à une semaine de la reprise en Ligue 1.

André Biyogo-Poko homme du match

A l'issue de la rencontre, c'est d'ailleurs un message d'espoir qu'a voulu adresser Francis Gillot : « Il faut quand même féliciter les joueurs, c'est encourageant pour la suite, a assuré le technicien bordelais. Il faut qu'on gomme deux-trois erreurs, on a perdu trop de ballons dans l'axe, mais si on arrive à rééditer certaines choses, il y a de bonnes choses à venir. » Pourtant, ce n'était pas gagné au coup d'envoi. Privé de quasiment tous ses défenseurs centraux (ndlr : Planus, Henrique et Bréchet étaient suspendus), l'ancien entraîneur de Sochaux a dû bricoler une défense avec Grégory Sertic au poste de libéro. Et aussi une attaque en l'absence de Cheick Diabaté et Diego Rolan. Mais les remplaçants ont su se montrer à la hauteur. On pense notamment à André Biyogo-Poko, qui jouait quasiment à domicile, et qui a été élu homme de la rencontre. « Cette soirée restera inoubliable pour moi, ma famille et le peuple gabonais qui me soutient, s'est réjouit l'intéressé malgré la défaite. Cela prouve que j'ai beaucoup travaillé. Aujourd'hui, je récolte les fruits de mon travail. »

Maurice-Belay et Saivet au rendez-vous

Et les bons points sont encore nombreux. Nicolas Maurice-Belay a livré une grosse prestation sur son côté gauche. Il y avait longtemps que l'on n'avait pas vu l'ancien Sochalien en si grande forme. A l'origine du premier but et souvent dangereux, l'ailier bordelais n'a pas non plus rechigné à travailler défensivement. Une prestation accomplie. Francis Gillot peut aussi se réjouir du retour de Landry N'Guemo dans le groupe des titulaires. Après plusieurs mois d'absence la saison passée (ndlr : il n'avait plus joué en match officiel depuis le 23 janvier 2013 contre Moulins en Coupe de France), le Camerounais a répondu présent dans le défi physique imposé par le milieu de terrain parisien. Henri Saivet a lui aussi pesé offensivement et Mariano a bien bloqué Maxwell. Finalement, seuls les « anciens » Ludovic Obraniak et Jaroslav Plasil ont semblé un ton en-dessous. « Si on peut rivaliser avec ce genre d'équipes, on peut le faire avec n'importe qui », a conclut Nicolas Maurice-Belay. Voilà les futurs adversaires des Bordelais avertis.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant