CCR : Le point sur les biotechnologies

le
0
Communiqué

CCR : Le point sur les biotechnologies

Alors qu'elles ont pleinement joué leur rôle défensif jusqu'en mars 2009, les biotechnologies n'ont pas participé au rebond des marchés. Les investisseurs, recherchant du beta ont racheté les valeurs massacrées comme les bancaires, les cycliques ou les petites capitalisations et ont arbitré les valeurs défensives dont les biotechnologies. Ensuite, le projet "Obamacare", (c.a.d. la réforme du système de santé aux Etats-Unis), avec notamment l'autorisation des bio-similaires soulève des inquiétudes. Enfin, les résultats publiés pour le premier trimestre, ont déçus, même si dans la majorité des cas, les équipes dirigeantes des sociétés ont maintenu leurs prévisions de croissance pour l'année 2009.

Depuis le début de l'année, alors que l'indice S&P 500 est en hausse de 2,2%, l’indice Nasdaq Biotech baisse de 3%. Cette performance absolue et relative négative constitue selon nous un point d'entrée intéressant compte tenu des perspectives favorables du secteur.

Sans entrer dans le débat de savoir si la crise touche à sa fin et s'il convient de privilégier les valeurs défensives, nous constatons que les biotechnologies sont revenues à des niveaux de valorisation historiquement bas. Le PER moyen des principales capitalisations est désormais inférieur à celui du S&P 500 alors qu'elles connaissent un rythme de croissance des résultats de 15 à 20% par an. Les déceptions liées aux publications du premier trimestre doivent être remis en perspective par rapport aux tendances à long terme. Lors des périodes précédentes de sous-performance, les niveaux de valorisation actuels ont toujours constitué un support à partir duquel le secteur a connu un net rebond. De plus, plusieurs produits à fort potentiel devrait être lancés en 2009 et contribuer à la croissance du secteur.

La mise en œuvre de la réforme du système de santé conduira certainement à l'autorisation des bio-similaires. Cette mesure introduit une nouvelle forme de pression sur les prix mais qu'il ne faut assimiler à celle introduite par les génériques classiques. La complexité de fabrication de ce type de produit, les travaux importants de développement nécessaires limitent la possibilité de discount par rapport au produit original. Pour s'en convaincre il suffit de parcourir le site Sandoz qui présent de façon détaillée le challenge que constitue le lancement d'un bio-similaire. Les conséquences économiques réelles de cette décision seront donc en réalité limitées.

Avec plus de 50% des nouveaux traitements commercialisés, les biotechnologies restent la principale source d'innovations. Pour cette raison, nous pensons que ce secteur va d'une façon ou d'une autre remplacer les valeurs pharmaceutiques traditionnelles. Après tout, après avoir pris le contrôle de Genentech, Roche, laboratoire pharmaceutique "traditionnel" est devenu la première capitalisation boursière des biotechnologies. Les fusions-acquisitions vont rester un thème majeur d’investissement cette année.

Les Biotechnologies bénéficient de fondamentaux solides, les niveaux actuels de valorisation, les perspectives de lancement de nouveaux produits, la poursuite des opérations de fusion-acquisition en font un thème d'investissement porteur à moyen terme.

Xavier d'Ornellas, gérant du fonds Mercure Biotech


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant