CCR AM veut mettre de l'humain dans sa gestion

le
0
(NEWSManagers.com) -
En dépit de l'intérêt qu'offre un actionnaire de référence de taille importante ? le groupe UBS en l'occurrence - CCR Asset Management ne met que très rarement en avant cette caractéristique. Car, de l'aveu de son dirigeant, Lorenzo Ballester-Barral, " CCR AM est plus attaché à cultiver son image de boutique au sein d'un grand groupe." Ce à quoi la société de gestion est parvenue en disposant à la fois de sa propre marque, de son propre service marketing et en conservant la main sur son propre développement.

Outre son organisation " d'électron libre" - aidé en cela par un actionnaire d'une discrétion toute helvétique - CCR AM a donc les coudées franches. Pas question de remettre en cause les caractéristiques de son 'pilotage" sur lesquelles elle a bâti sa réputation. Sa gestion actions par exemple de type " value dynamique" ? gestion qui consiste à rechercher des titres décotés par rapport à l'estimation faite par les gérants, avec la présence d'un " catalyseur" en mesure de corriger la dite décote dans les dix-huit mois à venir - n'est pas remise en cause. D'ailleurs certains fonds de CCR AM " doublonnent" avec ceux de la maison mère. Cela dit, lorsqu'elle veut répondre aux attentes de ses clients via des fonds dont elle ne dispose pas (fonds actions marchés émergents, etc ), l'entreprise puise librement alors dans la gamme de son actionnaire.

En revanche, depuis l'arrivée de Lorenzo Ballester-Barral en juin 2008, la maison s'est donné un objectif clair : remettre l'humain au centre de ses préoccupations. Concrètement, cette stratégie revêt plusieurs formes. L'an dernier, la société de gestion a lancé son premier fonds " Environnement Sociétal et Gouvernance" CCR Actions Engagement Durable. Avec une approche originale : les principes de sélection de valeurs ne reposent pas sur le " best in class" mais sur le " worst in class" . " Il nous semblait plus cohérent d'avoir un poids sur la gouvernance, explique Lorenzo Ballester-Barral, et ce d'autant que nous sommes actifs dans les assemblées générales où nous votons systématiquement." Dans ce cadre, CCR AM travaille avec Ethifinance en tant que conseil - et non filtre - pour exclure de l'univers d'investissement du fonds - 1 500 valeurs - les 20 % des titres les moins " ESG" . A noter qu'en termes de résultats - bien que la période d'observation du comportement du fonds soit courte - le fonds surperforme le marché (+18,10 % depuis sa création le 1er juillet 2009 contre + 11,83 % pour le DJ Euro Stoxx Price Euro).

Convaincu de l'intérêt de l'analyse extra-financière dans la gestion, le souhait de Lorenzo Ballester-Barral est d' avancer vers une intégration progressive de la dimension ESG sur l'ensemble des fonds de la gamme. " L'opération aurait sans doute été réalisée si son coût n'avait pas été aussi élevé, explique Jean-François Sarlat, directeur général délégué. En effet, nos portefeuilles consacrent une part importante de valeurs moyennes pour lesquelles l'analyse extra-financière est couteuse." Reste que la réflexion est lancée et doit à terme aboutir en accordant un poids plus marqué à l'extra-financier dans la gestion de CCR AM.

Outre l'équipe de gestion actions, la société compte trois autres équipes : une obligataire, une autre en charge de la volatilité et une dernière - la seule issue d'UBS - chargée de l'allocation d'actifs. Conforme aux convictions du moment, celle-ci a pour vocation de tirer parti de la finance comportementale via le fonds CCR Flex Croissance lancé en 2008. Ce fonds de fonds est construit à partir d'une idée simple : les gérants n'échappent pas aux phénomènes identifiés dans le cadre de la finance comportementale tels que certains biais psychologiques : dynamique de groupe, excès de confiance, etc. " Dans ce cadre" , poursuit le patron de CCR AM, " nous avons cherché à nous protéger de nos propres biais, d'où la présence de " stop loss" dans notre gestion, ou de repères objectifs dans des situations particulières comme des bulles. En fait, notre méthode consiste à associer gestion discrétionnaire et systématique afin de limiter le niveau de perte maximale subi par le portefeuille?" En matière de résultats, le fonds enregistre une performance de 6,93% (part R ? performance au 30/06/2010) depuis sa création le 11 juillet 2008 tandis que le MSCI World, à titre d'exemple, baisse de 0,127% en euros (-22,507% en dollars). Ce qui semble corroborer l'idée de Lorenzo Ballester-Barral selon laquelle il est impératif de prendre en compte ces critères extra-financiers dans l'univers de la gestion aujourd'hui?

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant