CCR AM : Small is beautiful

le
0
Communiqué

Alors que les valeurs moyennes ont particulièrement souffert en 2008, ce compartiment a fortement rebondi depuis mars et affiche une nette surperformance par rapport aux grandes capitalisations.

Pour expliquer ce retour de l’appétit pour le risque, il faut situer ce mouvement dans un contexte plus global. Nous avons eu un rebond puissant depuis mars qui s’explique par plusieurs facteurs : ce sont la stabilisation des indicateurs avancés, les flux des intervenants qui commencent à sortir des placements monétaires dont la rentabilité a beaucoup diminué pour aller sur des placements plus risqués, et enfin, plus conjoncturellement, le fait que les entreprises avaient bien préparé le marché à leurs résultats semestriels. Ces résultats, qui généralement ont même été légèrement meilleurs qu’attendus, ont suscité un certain soulagement de la part des intervenants. Ces facteurs expliquent ce retour de l’appétit pour le risque actions. Nous avons constaté le même phénomène sur les spreads de crédit et sur la volatilité par exemple.

Plus spécifiquement sur les valeurs de petites et moyennes capitalisations, ce mouvement parait assez logique à chaque phase de cycle. Lors d’une récession, dans des marchés très baissiers comme c’était le cas en 2008, les valeurs petites et moyennes sont impactées par les craintes de manque de liquidité, même si ce risque ne se concrétise pas nécessairement. Par ailleurs, sur la durée, force est de constater que les valeurs petites et moyennes font mieux que les grandes valeurs sur des périodes beaucoup plus longues, sur 3 ans, sur 5 ans mais aussi sur 8 ans et 10 ans. On peut enfin remarquer que de grands groupes, essentiellement bancaires, ont largement contribué à la crise mondiale et en conclure que cela confirme l’expression « small is beautiful » !

Avec la crise, l’univers des valeurs moyennes a été profondément modifié.

Si nous prenons l’indice auquel se réfère CCR Mid Cap Euro, le DJ Euro Stoxx Mid, les poids sectoriels ont évolué très significativement. C’est un indice qui pendant des années avait une composante relativement faible de valeurs bancaires. En raison de l’effondrement de ce secteur en 2008, beaucoup d’entre elles ont été sorties des indices grandes valeurs pour entrer dans les indices valeurs moyennes. Pour quantifier un peu les choses, les banques représentaient moins de 10% de l’indice DJ Euro Stoxx Mid mi 2008 pour plus de 20% aujourd’hui. Du coup, nous avons beaucoup travaillé sur cette partie de la cote historiquement moins bien connue par les gérants de petites et moyennes valeurs que par les gérants grandes valeurs. En profitant de l’expérience de notre équipe spécialisée dans les grandes capitalisations, nous avons entré en portefeuille des entreprises comme Banco Esperito Santo au Portugal, Mediobanca en Italie et plus récemment Natixis. Pour autant, nous sommes restés nettement sous -pondérés en valeurs bancaires cette année et sans cette sous pondération, la surperformance du fonds aurait été encore plus prononcée.

Frédéric Redel

Responsable du pôle value de CCR AM

Gérant de CCR Midcap Euro (FR0007061882)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant