CCR AM : Marché actions agités, impact limité sur les fonds CCR Flex

le
0

Comme nous le voyons tous les jours en ce moment, les actions de la zone Euro, et notamment les valeurs bancaires connaissent une période plutôt secouée.

Après un fort rebond et une forte surperformance sur le mois de janvier, l’indice Stoxx 600 Banks (SX7P) est aujourd’hui à environ -12% depuis le début de l’année (-14% ex-dividendes), soit un recul de -25% à -30% depuis ses plus hauts de l’année, pour revenir aujourd’hui à ses niveaux de juillet 2009.

Comment cette évolution négative se traduit-elle dans les fonds de la gamme CCR Flex ?

L’impact direct sur les fonds CCR Flex Croissance et CCR Flex Patrimoine est relativement limité pour les raisons suivantes :

1/ Nous sommes plutôt sous-pondérés en actions. A la suite du dernier changement d’allocation (selon les ordres passés le 18 juillet) l’exposition actions est de 38-39% sur CCR Flex Croissance et 15%-16% sur CCR Flex Patrimoine. Pour mémoire, 100% correspond au poids actions souhaité dans une très forte tendance haussière ; 0% correspond au poids actions dans une forte tendance baissière ; dans un marché sans tendance claire, l’allocation actions tendra vers les 50%. Les 38%-39% actuels, correspondent à une allocation actions prudente, que l’on retrouvera (au choix) dans un bas de trading range, dans une correction de milieu de cycle, ou dans un début de tendance baissière. Les prochaines semaines nous diront lequel de ces scenarios se matérialise.

Pour vous donner une idée de la sensibilité actuelle de l’allocation actions aux mouvements de prix : toutes choses égales par ailleurs, si les actions mondiales perdaient uniformément -5% cette semaine, l’exposition actions serait divisée par 2 (certains stop-loss seraient atteints). Dans le cas d’une baisse uniforme de -10%, celle-ci serait réduite aux alentours de 8% de l’actif sur CCR Flex Croissance, 3% sur CCR Flex Patrimoine.

2/ au sein des actions, nous sommes sous-pondérés Europe, au profit notamment des Etats-Unis, qui sont à l’heure actuelle la principale zone représentée en portefeuille. Les actions européennes représentent aujourd’hui moins de 2% de CCR Flex Croissance et CCR Flex Patrimoine. Ce positionnement est cohérent avec un environnement macro-économique où les investisseurs se focalisent sur la crise de la dette au sein de la zone Euro, alors que l’économie américaine parait plus robuste, bénéficiant comparativement d’une devise faible et de taux toujours au plus bas (ce qui a contribué à créer un véritable boom manufacturier). Par ailleurs, les marchés US sont historiquement moins volatils que les marchés européens, ce qui contribue à renforcer leur attractivité dans un environnement volatil et incertain. Depuis la rentrée 2010 le pari s’est plutôt avéré payant, les marchés US (en devise locale) ayant largement surperformé leurs homologues européens. Nous maintenons donc ce pari tant que son momentum reste positif.

3/ Notre allocation concerne l’Europe et non la zone Euro… Rappelons que la zone Euro ne représente que 50% environ d’un indice Europe (qui inclut UK, Suisse, pays nordiques…). Or, l’Europe, plus diversifiée, a moins souffert que la zone Euro dans la baisse récente : depuis début juillet : -7% sur l’EuroStoxx vs. -4% sur le Stoxx 600. (Les indices très concentrés comme l’EuroStoxx 50 ont des niveaux encore plus bas).

4/ Notre sélection de fonds sur l’Europe est actuellement sous-pondérée en valeurs financières et plutôt polarisée sur des pays comme l’Allemagne plutôt que l’Europe périphérique. Ce positionnement avait coûté en relatif en janvier 2011, mais permet aujourd’hui à la sélection de surperformer le Stoxx 600 dans la baisse, comme l’illustre assez bien le graphique ci-dessous (performance de la sélection sur un an : +11.9% vs. Stoxx 600 +5.5%. Même si la performance à la hausse a été satisfaisante, la surperformance a été principalement réalisée depuis que les marchés sont plus difficiles et plus discriminants…)

Les fonds ne sont donc pas directement affectés par l’évolution actuelle des valeurs financières de la zone euro. De façon indirecte, un risque de corrélation existe (les financières européennes entraînant les autres actifs risqués dans leur chute), que nous monitorons grâce à nos outils de suivi de tendance.

Evidemment, a contrario, si du jour au lendemain, le problème de la dette européenne trouvait un dénouement politique, et que la zone euro (qui est, reconnaissons-le, bon marché depuis quelques temps maintenant…) se mettait à surperformer le reste du monde, les fonds CCR Flex risqueraient de ne pas en bénéficier à plein, au moins dans un premier temps. Fidèles à notre philosophie de gestion et convaincus que le comportement moutonnier des investisseurs peut emmener une tendance plus loin que ce que beaucoup d’entre nous l’imaginent, nous suivrons la tendance et demeurerons prudents jusqu’à ce que l’évolution des prix nous suggère l’inverse. Au vu des risques actuels, et conformément à notre philosophie d’investissement, nous préférons commettre l’erreur d’avoir été trop prudent que celle d’avoir été trop agressif. Nous maintenons donc un portefeuille relativement diversifié, tout en mettant l’accent sur la préservation du capital, dans un environnement où le risque de voir le marché basculer dans une crise de liquidité et la panique est non-négligeable.

Pour les investisseurs ne souhaitant pas négliger le « tail risk » (risque d’événement extrême) que constituent la crise grecque et ses effets de contagion aux autres marchés européens, pour ceux qui préfèrent une approche prudente à un gérant désireux de jouer les héros du timing (avec la volatilité que cela comporte en cas d’erreur), il n’est pas absurde d’investir aujourd’hui dans les fonds CCR Flex, qui fournissent une belle optionalité dans une optique de moyen – long terme.

Emmanuel Regnier

Gérant fonds CCR Flex – CCR AM


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant