CCR AM : Les déclarations récentes de maintien des taux bas et l’état du marché plaident pour le statu quo

le
0

Les récentes déclarations des dirigeants de certaines banques centrales américaines et européennes, réaffirmant la nécessité de maintenir pour une période prolongée, les taux à un niveau plus bas que ce que le marché anticipait, ont été très bien accueillies. Elles ont eu un effet immédiat très positif sur le marché obligataire. La partie longue de la courbe des taux a ainsi sensiblement baissé, de 10-12 cents sur le 7 ans.

A l’inverse, la hausse de l’un des taux directeurs de la Banque Centrale Américaine, le taux d’escompte, passé de 0,50% à 0,75% n’a eu que peu d’effet concret sur le marché. Cette procédure de refinancement, qui permet aux établissements bancaires de l’espace américain de se refinancer sur quelques jours, est en effet peu utilisée. Certes, instantanément, les bourses ont fortement baissé et l’euro a baissé contre le dollar ; mais l’effet de cette hausse a surtout été symbolique et impactant pour les esprits puisque pour la première fois depuis la crise, un taux administré par la Banque Centrale Américaine a été relevé.

Globalement, le marché reste très sensible aux questions de hausse de taux et peut difficilement supporter sans dommage les hausses marquées.

La sortie de crise reste toujours difficile à envisager avec des niveaux de croissance modérée, voire basse. Les thèses inflationnistes ou déflationnistes prennent un coup, et le statu quo semble être la voie qui tend à s’imposer.

Réagissez !

Ccram_contact@ubs.com

Frédéric Penel, Gérant Taux Crédit

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant