CCR AM : Consolidations sectorielles et regroupements industriels

le
0

Consolidations sectorielles et regroupements industriels

“ Consolidations sectorielles et regroupements industriels”, tel est le thème de notre conférence de janvier. Pourquoi ne pas parler plus simplement des acquisitions d’entreprises ? Parce que nous croyons que les conséquences de la crise sur la détention et la valeur d’actifs cotés vont au-delà des seules OPA et offrent aux investisseurs de plus larges opportunités.

Ainsi en est-il des redistributions de parts de marché, un thème que nous avions déjà abordé dans la lettre de juillet dernier : récession et contraction du crédit ont conduit à la disparition d’acteurs importants dans des secteurs aussi divers que les semi-conducteurs, les compagnies aériennes, la chimie ou la distribution spécialisée. Les acteurs restants enregistrent des gains de parts de marché et à terme un « pricing power renforcé ».

Cette thématique est-elle finie ? Non. La reprise de la demande, lorsqu’elle sera là, posera de nouveaux problèmes aux acteurs les plus endettés qui, pour financer leur croissance, devront sans doute chercher à céder des actifs. Citons à cet égard, les rachats réalisés ces derniers mois par Axa et Vinci et, dans le secteur des équipementiers automobiles, par le Suédois Autoliv ou le Français Faurecia. D’autres entreprises dont nous sommes également actionnaires telles Solvay, Zodiac ou Imerys sont bien placées pour réaliser de telles acquisitions.

La reprise des OPA, quant à elles, déjà perceptible fin 2009, a toutes les chances de s’amplifier, et plus encore si le recours à l’endettement redevient possible; aux consolidations structurelles dans certains secteurs de croissance tels que celui de la santé s’ajouteront des acquisitions plus opportunistes, les acquéreurs profitant des valorisations encore historiquement basses qu’offre la bourse et de la moindre concurrence des fonds de Private Equity.

C’est pourquoi nous croyons que ces opérations seront source de plus-value pour les actionnaires des cibles, mais aussi, à cette phase du cycle, pour ceux des acquéreurs. Parmi ces derniers nous pensons à nouveau aux entreprises citées ci-dessus mais également à Sanofi, AP Moller Maersk, Deutsche Bank…

Enfin parmi les cibles, Anglo American, Ipsos, Mobistar, Game Group, Dana Petroleum ou Dragon Oil sont faiblement valorisés et offrent de vrais intérêts stratégiques pour des groupes de plus grande taille.

Frédéric Redel, Responsable Actions Value


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant