CCR AM - Actions européennes, de nouvelles opportunités ?

le
0

A l’issue de quelques semaines exécrables, tous les indices des actions européennes affichent désormais des performances négatives depuis le début d’année. Il n’en faut pas plus pour que ressurgissent les doutes quant à l’intérêt des actions du vieux continent, dont les performances sur 10 ans sont, il est vrai, peu inspirantes.

Le rebond des actions depuis le début de 2009 ne s’est pourtant pas fait sans heurts, et la correction survenue au début du 2ème trimestre de 2010, aussi forte que celle que nous connaissons aujourd’hui, s’est avérée éphémère. Y a-t-il vraiment lieu de se montrer plus inquiet aujourd’hui qu’un an plus tôt ?

Sur le plan macro-économique, la crise grecque a pris une tournure plus politique, et chacun aura son opinion quant à la nécessité d’imposer et de faire accepter des mesures drastiques au peuple grec. La nôtre n’a d’intérêt que pour ce qui concerne les entreprises européennes, et nous avons là deux changements importants à souligner :

D’une part les résultats des entreprises ne surprennent plus positivement les attentes des analystes « sell side », rompant avec la tendance des 18 derniers mois. C’est normal : les entreprises non financières cotées avaient réalisé des marges record en 2010, ayant réduit dans des proportions exceptionnelles effectifs, dépenses discrétionnaires, stocks et investissements. De telles coupes ne peuvent perdurer longtemps. Ces dépenses reprennent effectivement en 2011, alors que simultanément les hausses de coûts des matières premières ne peuvent être totalement répercutées. C’est là un facteur négatif nouveau aux yeux du marché, mais largement pris en compte à notre avis dans la valorisation des actions selon des critères longs : la valorisation moyenne par rapport aux fonds propres et capitaux investis fait aujourd’hui apparaître une décote historique de l’ordre de 20%.

La deuxième évolution est positive pour les actionnaires : il s’agit de la reprise du cycle des acquisitions d’entreprises cotées, alimentée par la présence d’acquéreurs tant industriels que financiers, et par la volonté de constituer des groupes internationaux plus puissants face aux défis posés par le développement de la concurrence chinoise dans de nombreux secteurs. Le retournement récent des marchés va-t-il interrompre cette tendance ? Nous ne le croyons pas. A titre d’exemple citons l’OPA, annoncée la semaine dernière, du groupe américain de location automobile Avis sur son concurrent Avis Europe : une prime de 60% cash, sur un titre qui avait d’ailleurs déjà décuplé en 2 ans, dans un secteur pourtant largement exposé à la consommation discrétionnaire des ménages. Nous avons d’ailleurs bénéficié de cet événement puisque nous étions actionnaire de la société belge d’Ieteren qui est le principal actionnaire d’Avis Europe.

En somme nous avons une vue positive des actions européennes mais le marché va devenir plus sélectif en raison des risques qui se concrétisent sur les marges. Les rachats d’entreprises constituent un thème d’investissement attrayant dans ce contexte et nos fonds sont bien positionnés pour en profiter.

Frédéric Redel,

Gérant de CCR Mid Cap Euro - CCR Asset Management


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant