Cazeneuve, l'intouchable ?

le
1
Bernard Cazeneuve le 24 mars 2015.
Bernard Cazeneuve le 24 mars 2015.

Il est des personnalités politiques sur qui les critiques de l'opposition rebondissent comme des gouttes d'eau sur un imperméable. Souvent vêtu d'un trench-coat beige, Bernard Cazeneuve fait partie, avec Jean-Yves Le Drian, de cette espèce rare de ministres intouchables. Un statut acquis pendant les attentats contre Charlie Hebdo et l'Hypercacher. Moqué en début de quinquennat pour sa discrétion et sa sobriété, il a été félicité pour avoir dirigé avec sang-froid l'assaut des forces de l'ordre pendant les prises d'otages des frères Kouachi et d'Amédy Coulibaly. L'occupant de la Place Beauvau avait même été acclamé à l'unisson par les députés de droite et de gauche. Même la révélation récente d'une photo à caractère sadomasochiste "aimée" par son compte Twitter n'avait pas entamé ce consensus autour du ministre.

"J'ai beaucoup de respect pour M. Cazeneuve" (Ciotti)

Mais aujourd'hui, alors que la primaire à droite favorise la surenchère sécuritaire, une partie de l'opposition croit avoir décelé une faille chez le ministre de l'Intérieur : près de sept Français sur dix estiment qu'il a "mal géré les heurts" qui se sont produits en marge des manifestations contre la réforme du droit du travail, selon un récent sondage. Le député des Républicains Pierre Lellouche lui a reproché de laisser "perdurer dans nos rues une situation qui relève de la chienlit" lors du débat sur la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • aerosp il y a 7 mois

    les médias aiment les faux dures