Cazeneuve à Calais pour poursuivre le "démantèlement par étapes" de la "jungle"

le
0
    LILLE, 2 septembre (Reuters) - Le ministre de l'Intérieur, 
Bernard Cazeneuve, attendu ce vendredi à Calais, annonce dans 
une interview au quotidien Nord Littoral la poursuite du 
démantèlement du camp des migrants de Calais ainsi que des 
renforts policiers et la création de places d'hébergement. 
    "Nous avons déjà procédé au démantèlement de la zone sud 
(...) et nous avons déjà commencé celui de la zone nord (...) 
Mon intention est bien de poursuivre avec la plus grande 
détermination. Cela doit se faire par étapes, en commençant par 
créer davantage de places d'hébergement en France pour 
désengorger Calais", déclare notamment le ministre. 
    Bernard Cazeneuve ne fixe pas de calendrier et dit attendre 
la décision du Conseil d'Etat, saisi à la suite d'une décision 
de justice qui refuse à l'Etat de supprimer les petits commerces 
et lieux de restauration situés à l'intérieur du plus grand 
bidonville de France.   
    Le ministre de l'Intérieur veut accompagner le démantèlement 
du camp de Calais par la création de places d'accueil et 
d'hébergement supplémentaires pour offrir une solution aux 
migrants, une politique déjà mise en place depuis plusieurs 
mois. 
    Rappelant que "5.528 migrants en provenance de Calais ont 
déjà été accueillis dans les 161 centres d'accueil et 
d'orientation (CAO) créés en France", il ajoute que l'effort va 
être amplifié "avec la création d'ici la fin de l'année de 2.000 
nouvelles places d'hébergement en CAO et de 6.000 places en 
centres d'accueil pour demandeurs d'asile (CADA)". 
    Il évoque également la création de 5.000 nouvelles places 
d'hébergement d'urgence pour demandeurs d'asile en 2017.  
     
    HOLLANDE ATTENDU FIN SEPTEMBRE  
    Parallèlement au démantèlement progressif du camp, le 
ministre annonce aussi l'envoi de 200 policiers en renfort à une 
période où les attaques de camions par les migrants sur la 
rocade portuaire sont devenues quasi quotidiennes. 
    "En deux ans, j'ai plus que doublé les effectifs, puisqu'en 
2016 ce sont désormais 1.900 policiers et gendarmes qui sont 
présents à Calais. Et j'en envoie aujourd'hui 200 en plus: 54 
policiers de la police aux frontières et deux unités de forces 
mobiles supplémentaires soit 140 CRS, affectés en priorité à la 
rocade et sur l'(autoroute) A16, ce qui permettra de redéployer 
les effectifs des BAC pour la sécurité des riverains de la 
rocade et du centre-ville", détaille-t-il. 
    Le ministre de l'Intérieur, qui effectue vendredi son 
huitième déplacement à Calais depuis son arrivée place Beauvau, 
en avril 2014, rencontrera la maire LR de la ville, Natacha 
Bouchart, ainsi que Xavier Bertrand, le président LR de la 
région, et des représentants du secteur socio-économique et des 
forces de l'ordre. Ces interlocuteurs réclament la sécurisation 
de Calais et la fermeture totale du bidonville de Calais. 
    Dans Nord Littoral, il annonce aussi la venue fin septembre 
de François Hollande qui, dit-il, "s'adressera à tous les 
Calaisiens".  
    D'après la préfecture, 6.900 migrants sont présents dans la 
zone nord de la Lande de Calais; les associations humanitaires 
estiment à plus de 9.000 ce nombre.  
    Leur présence a plus que doublé en quelques mois, un 
phénomène déjà observé les étés précédents en raison de 
conditions météorologiques qui facilitent l'exode des migrants 
d'Afrique du Nord, d'Irak ou bien encore de Syrie. 
 
 (Pierre Savary; édité par Henri-Pierre André) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant