Cazarre : " Il faudra que je m'arrête avant de devenir ringard "??

le
0
Cazarre : " Il faudra que je m'arrête avant de devenir ringard "??
Cazarre : " Il faudra que je m'arrête avant de devenir ringard "??

Depuis trois ans maintenant, Julien Cazarre distille ses blagues sur le plateau de J+1. Souvent piquant, parfois violent, mais toujours drôle, celui qui est avant tout un grand fan de foot a pris le temps de parler un peu ballon rond. Du PSG et de l'ambiance au Parc, évidemment. Mais aussi de son côté beauf. Et son amour du karaoké.

Quel est ton rapport ton foot ?
À la base, je suis un gros bourrin de foot. Le genre de mec qui peut vraiment s'enquiller du foot en grosse quantité. Je ne pense pas que je pourrais déconner dessus si je n'étais pas un fan. D'ailleurs, sûrement que mon humour passe bien au niveau des footeux car les mecs sentent que j'aime vraiment ça. Connaître un peu le foot, ça te donne aussi des références, si tu n'en as pas au bout d'un moment tu vas plafonner et faire toujours les mêmes blagues sur Ribéry, Benzema ou Valbuena. Tu peux donc très vite tourner en rond. J'aime le foot avant de déconner dessus, quoi.

C'est vraiment une passion d'enfant ?
C'est simple, je me souviens parfaitement de mon premier souvenir lié au foot, c'est lors de la Coupe du Monde 1982, je n'avais que huit ans mais je me suis effondré en larmes après la défaite contre l'Allemagne.
"Depuis toujours j'avais deux affronts à laver : une victoire française face à l'Allemagne, ça s'est fait, et une victoire de Paris face à la Juve. Les Turinois nous ont toujours fessé le cul et il est hors de question que je meure sans qu'on ait niqué la Juve."
Le plus fou c'est que personne n'aime le foot dans la famille, mon père ne m'a pas transmis une fibre footballistique, d'ailleurs ce soir-là, il hallucinait que je puisse pleurer pour un truc comme ça. Bref, c'est de là que vient mon amour du football. Et ma haine des Allemands. Une haine que j'ai pu partager avec mon grand-père pour mon plus grand plaisir. Lui détestait les Allemands depuis plus longtemps, au début je ne comprenais pas trop mais à partir de ce jour-là on est devenu super proches. Le pauvre est mort sans avoir pu voir le doublé de Griezmann au dernier Euro. C'est dommage car c'est quand même quelque chose qui m'a enlevé un certain poids. Depuis toujours j'avais deux affronts à laver : une victoire française face à l'Allemagne, ça s'est fait, et une victoire de Paris face à la Juve. Les Turinois nous ont toujours fessé le cul et il est hors de question

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant