Catherine Samba-Panza : «Il n'y a pas assez de soldats en Centrafrique»

le
0
Catherine Samba-Panza : «Il n'y a pas assez de soldats en Centrafrique»
Catherine Samba-Panza : «Il n'y a pas assez de soldats en Centrafrique»

Elle va prêter serment aujourd'hui. Catherine Samba-Panza, 59 ans, devient présidente de transition de la Centrafrique. A la veille du grand jour, elle évoque les missions qui l'attendent.

Quelle sera votre première mesure en tant que présidente?

CATHERINE SAMBA-PANZA. Essayer de remettre les gens au travail et m'employer à faire revenir la sécurité non seulement à Bangui mais dans tout le pays. Ce serait déjà un grand pas.

Avec quelle marge de man?uvre?

Je ne peux pas faire autrement que de travailler avec la Misca (NDLR : la force africaine de l'ONU qui compte 4400 militaires), les hommes de Sangaris (NDLR : environ 1600 Français) et surtout les forces de défense et de sécurité nationale. Il faut absolument les réhabiliter. Pour le moment, ils sont éparpillés sur toute l'étendue du territoire, craignant pour leur sécurité. Il faut les rassurer, les faire sortir, et qu'ils regagnent leurs rangs.

Pour rétablir la sécurité, faut-il étoffer le dispositif militaire dans le pays?

C'est incontestable si on veut rétablir la paix sur toute l'étendue du territoire. Le nombre de soldats actuel ne suffit même pas à remettre de l'ordre à Bangui. Il n'y a pas assez de soldats en Centrafrique. Je me réjouis qu'au niveau de l'Union européenne des engagements forts aient été pris (NDLR : 500 hommes environ) et que ces pays suivent l'exemple de la France.

Combien de militaires faudrait-il?

Mes collaborateurs vont effectuer une analyse pour déterminer les besoins réels.

Comment comptez-vous réconcilier chrétiens et musulmans qui s'entre-tuent depuis des mois?

Par le dialogue intercommunautaire et l'implication des leaders religieux pour essayer de rassembler les frères qui vivaient ensemble il y a quelques années et qui sont aujourd'hui divisés.

Ces messages de paix se multiplient depuis des mois et ils n'ont pourtant rien changé?

Il faut être plus actif et ne pas se ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant