Caterham : Tony Fernandes charge les acheteurs de l'écurie

le
0
Caterham : Tony Fernandes charge les acheteurs de l'écurie
Caterham : Tony Fernandes charge les acheteurs de l'écurie
Alors que l'usine de l'équipe Caterham a été fermée en raison d'un conflit entre anciens et nouveaux propriétaires, Tony Fernandes, fondateur de l'écurie, a publié un communiqué donnant sa vision de l'affaire. Il met en cause les acheteurs de l'écurie britannique.

L'avenir de l'écurie Caterham est très incertain. Alors qu'un conflit fait rage entre les anciens propriétaires, Tony Fernandes et ses associés, et les futurs propriétaires, un consortium d'investisseurs suisses et du Moyen-Orient conseillé par Colin Kolles, l'usine de l'écurie a été fermée jeudi suite à une mise en redressement judiciaire de la société chargée de construire les monoplaces. Cette fermeture jette un doute sur la participation de Caterham au prochain Grand Prix des Etats-Unis, dans une semaine au Circuit des Amériques d'Austin. Après la sortie médiatique des futurs propriétaires ce mercredi, Tony Fernandes est sorti de son silence via un communiqué. Pour celui qui ne veut plus de Caterham F1, les responsables de la situation sont les acheteurs.

« Si vous acceptez d'acheter une entreprise, vous devez payer les factures »

« Nous avons de bonne foi accepté de vendre les parts à une société suisse nommée Engavest, sur la base que cette dernière s'engageait à payer tous les créanciers existants et futurs, incluant le personnel, affirme Tony Fernandes. Le maintien des paiements devant être versés au personnel et aux créanciers était un aspect si important pour moi que je me suis assuré de ne pas remettre les actions aux acheteurs tant que cette condition n'était pas respectée. Malheureusement, Engavest n'a respecté aucune des conditions contenues dans l'entente et Caterham Sports a été mise en redressement judiciaire par la banque, car d'importantes sommes n'ont pas été reçues par de nombreux créanciers. Nos avocats ont maintes fois demandé à Engavest de respecter les conditions de l'entente, sans succès. » Si le conflit est ouvert, Tony Fernandes ne souhaite pas que l'écurie disparaisse. Il affirme vouloir qu'une solution soit trouvée. « Si vous acceptez d'acheter une entreprise, vous devez payer les factures, résume l'entrepreneur malaisien. Ils ont rompu cette promesse et maintenant, malheureusement, ce sont d'autres, tels les employés et les fans de Caterham F1, qui vont souffrir si l'équipe cesse ses activités. Je souhaite sincèrement que cela ne se produise pas et qu'une solution puisse être trouvée. »

« Les nouveaux propriétaires ne nous ont rien payé »

De plus, le PDG du Caterham Group, société qui chapeaute les activités de Caterham dans l'automobile, le carbone ou l'ingénierie, Graham McDonald, a précisé ce qui est demandé aux acheteurs. « Les acheteurs étaient pleinement conscients de ces passifs, mais il me semble aujourd'hui qu'ils n'ont jamais eu l'intention de payer. Nous continuons à voir des déclarations et des réfutations complètement infondées provenant de l'écurie F1. Non seulement n'ont-ils pas payé les créanciers, et même laissé nos actionnaires payer certains créanciers en leur nom, mais ils ne nous ont rien payé pour l'utilisation de notre usine, ni pour l'utilisation de notre marque de commerce. Pour résumer, les nouveaux propriétaires ne nous ont rien payé et maintenant qu'un redressement judiciaire est en cours, ils veulent se délester de leurs obligations. »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant