Catastrophes naturelles : quelles sont les garanties de votre assurance ?

le , mis à jour le
0

Obligatoire depuis 1982, la garantie contre les catastrophes naturelles fait partie de toutes les assurances. Mais celle-ci se décline en plusieurs offres, dans lesquelles il est très important de voir clair.

Les garanties en cas de catastrophes naturelles
Les garanties en cas de catastrophes naturelles

Quelles couvertures existent ?

Sur le papier, une catastrophe se définit par « l'intensité anormale » d'un « agent naturel ». Face à ces événements qui semblent devenir de plus en plus fréquents, un type d'assurance a été rendue obligatoire en 1982. Celui-ci comprend :

  • - Les inondations ;
  • - Les avalanches ;
  • - Les sécheresses ;
  • - Les glissements de terrain ;
  • - Les tremblements de terre.

Plus tard, en 1990, un autre régime s'est imposé lui aussi. Il ajoute une protection contre les tempêtes, les ouragans et les cyclones.
À noter que la loi oblige également à disposer d'autres couvertures, comme la responsabilité civile (qui prend en charge les dégâts que vous pourriez causer à un tiers, un locataire par exemple).
Voilà pour l'obligation. Mais vous remarquerez que ces protections que la loi rend indispensables ne prévoient rien contre certains cas, comme la grêle par exemple. Par conséquent, les assureurs ont pris les devants, et tendent à uniformiser les pratiques. Avec le temps, ils ont créé l'assurance multirisque habitation (ou MRH), qui réunit un maximum de garanties, dont toutes celles qui se veulent obligatoires, dans un seul contrat. Celui-ci, en plus de ce qui a été cité ci-dessus, prévoit notamment des cas comme les explosions, les chutes de grêle ou les incendies.

Alors, à quoi dois-je prêter attention ?

Dans les faits, si vous êtes victime d'un événement climatique, il faut que celui-ci soit reconnu comme étant effectivement une catastrophe naturelle. C'est l'état qui en décide, bien souvent dans un arrêté.
Le premier réflexe est, comme pour tout contrat d'assurance, de lire les conditions. Les formules varient somme toute assez peu d'un assureur à l'autre quant aux types de phénomènes pris en charge. Mais certaines entreprises peuvent poser davantage d'exclusions de garantie.
C'est particulièrement vrai si vous vous trouvez dans une zone à risques. Il faut donc éviter d'attendre d'être inondé pour s'apercevoir que sa maison se trouve en zone inondable. D'un autre côté, si vous vous trouvez effectivement dans l'une de ces zones, vous risquez fort de payer une prime d'assurance plus élevée, de peiner à trouver une assurance qui accepte de vous couvrir. Celle-ci peut également vous imposer de réaliser des travaux pour rendre votre habitat plus sûr.

Trucs et astuces

Pour savoir si votre maison ou votre commune sont exposées à un risque naturel, vous pouvez demander des documents disponibles en mairie et en préfecture :

  • - Le dossier départemental sur les risques majeurs (DDRM) ;
  • - Le document d'information communal sur les risques majeurs (DICRIM) ;
  • - Le plan de prévention des risques (PPR).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant