Castorama et Leroy Merlin peuvent rouvrir le dimanche, Bricorama en colère

le
14
Castorama et Leroy Merlin peuvent rouvrir le dimanche, Bricorama en colère
Castorama et Leroy Merlin peuvent rouvrir le dimanche, Bricorama en colère

Nouveau rebondissement dans l'affaire de l'ouverture dominicale. La cour d'appel de Paris a autorisé ce mardi les enseignes de bricolage Leroy Merlin et Castorama à rouvrir leurs magasins franciliens le dimanche, infirmant ainsi la décision de première instance.

Le 26 septembre, le tribunal de commerce de Bobigny avait condamné Leroy Merlin et Castorama à fermer quinze de leurs magasins en Ile-de-France, à la suite d'une plainte de leur concurrent Bricorama, sous peine d'une astreinte de 120 000 euros par magasin et par dimanche ouvert. Bricorama avait déposé plainte car il n'avait pas de dérogation pour ouvrir ses magasins ce jour-là et s'estimait lésé. Cette décision du tribunal de commerce de Bobigny avait relancé la polémique sur l'actuelle législation sur les ouvertures dominicales.

Conséquence du jugement contraire rendu en appel, les magasins franciliens de Leroy Merlin et de Castorama rouvriront dès ce dimanche, a déclaré l'avovat de Castorama, Me Richard Renaudier. «La cour d'appel a estimé que le juge des référés ne pouvait pas contredire une décision déjà prise sur le fond», a expliqué Me Renaudier, en précisant qu'un jugement rendu en avril, suite à une précédente plainte de Bricorama, avait déjà donné tort à l'enseigne. Une autre décision sur le fond est attendue le 22 novembre, consécutive elle à la nouvelle procédure engagée en juillet par Bricorama.

Pour Jean-Claude Bourrelier, PDG de Bricorama, la décision rendue mardi par la cour d'appel est «totalement incompréhensible». «Il s'agit d'une décision d'injustice. Une fois de plus ce sont les puissants qui dictent leur loi», a-t-il déploré. Outre le fait qu'il a été débouté de sa demande de faire fermer ses concurrents, il a également été condamné à payer à chacun de ses concurrents 12.000 euros de dommages et intérêts. Jean-Claude Bourrelier a toujours dénoncé une concurrence déloyale et réclamé que les enseignes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5299935 le mercredi 30 oct 2013 à 07:23

    Recevoir les immigrés, grâce aux écologistes nous sommes champions .... Pour le reste il serait vain de chercher des politiciens plus minables.

  • M596168 le mardi 29 oct 2013 à 23:40

    La justice socialiste c'est super !!!

  • janaliz le mardi 29 oct 2013 à 23:06

    Nous sommes dans un pays de fous ! Si j'étais le juge, à tout hasard je prendrais le maquis ! On ne sait jamais !

  • kbedd le mardi 29 oct 2013 à 20:05

    Pauvre Bourrelier... le dindon de la farce.

  • M9700920 le mardi 29 oct 2013 à 14:09

    erreur ce n'est pas chez Casto mais chez Brico....

  • bigot8 le mardi 29 oct 2013 à 13:44

    rougegre il y a 44 minutes Devoir se rendre au tribunal pour obtenir le droit de travailler ... Quel pays ...c est la meilleure remarque ...

  • bigot8 le mardi 29 oct 2013 à 13:43

    et leonarda alors ne l oubliez pas en plus c est cool les voleurs pourront encore aussi voler le dimanche :-)))

  • SuRaCtA le mardi 29 oct 2013 à 13:00

    Excélent, les juges aussi travaillent la semaine et apprécie de pouvoir faire leurs courses le WE !!! J'espèrons que ce camouflet pour FO et les syndicats d'un autre temps leur ferra ouvrir les yeus sur la sociétét fran4aise d'aujourd'hui, on peux rêver...

  • rougegre le mardi 29 oct 2013 à 12:59

    Devoir se rendre au tribunal pour obtenir le droit de travailler ... Quel pays ...

  • M1826495 le mardi 29 oct 2013 à 12:59

    Lamentable ! Nous avons vraiment le pays du plus grand "n'importe quoi". Entre les décisions de justice qui se contredisent, les inégalités sur la liberté d'entreprendre, les syndicats qui se battent pour empêcher de bosser... nous sommes assez loin de l'accroissement de compétitivité qui pourrait seul nous sauver du désastre.