Casseurs dans les manifs : les ambiguïtés de la CGT

le , mis à jour à 23:16
1
Casseurs dans les manifs : les ambiguïtés de la CGT
Casseurs dans les manifs : les ambiguïtés de la CGT

La CGT aurait-elle du mal à tenir ses troupes ? Si Manuel Valls a haussé le ton, ce matin, à l’égard de la centrale syndicale, c’est qu’il disposait d’éléments pour le moins troublants. « Apparemment, des manifestants CGT ont participé à certaines violences », glisse-t-on dans l’entourage du Premier ministre.

 

Selon nos informations, un cégétiste a bien été interpellé mardi. Le syndicat confirme. Mais réfute tout lien avec les violences. « Il y a eu une tentative de manifestation spontanée, avant le départ du cortège officiel. C’est à ce moment-là que notre militant a été interpellé », nous assure Fabrice Angei, secrétaire confédéral chargé du projet de loi Travail.

 

Problème, des dockers cégétistes auraient également été vus en train de desceller des pavés place Vauban (VIIe arrondissement). De quoi faciliter la tâche des casseurs… « Cela, on le nie catégoriquement », rétorque Fabrice Angei. Mais ce n’est pas tout. Selon une source policière, certains syndicalistes se trouvaient aux côtés des casseurs à la fin de la manifestation. « Aux Invalides, plusieurs membres de la CGT, présents parmi les casseurs, nous ont pris à partie. Sur les images de vidéosurveillance (voir photo), on voit clairement l’un d’eux un pavé à la main et un autre renvoyer une grenade lacrymogène vers les forces de l’ordre », explique un cadre de la préfecture de police.

 

« La CGT n’a pas tenu compte des recommandations de la préfecture »

 

Autre point qui fâche : le travail préparatoire avec la préfecture de police de Paris. Selon Matignon, « la CGT n’a pas tenu compte des recommandations de la préfecture concernant la longueur du trajet et les zones de délestage ». La preuve, aux yeux du patron des députés PS, Bruno Le Roux, de « l’ambiguïté de la CGT ». « Quand on n’arrive pas à discuter avec eux du meilleur trajet pour assurer la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M898407 il y a 6 mois

    Il est clair que dans la surenchère prônée par la CGT pour rattraper SUD, Martinez ne tient plus ses troupes et passe son temps à expliquer, pour se disculper, que le fonctionnement des "sections" ne dépend pas de lui.... C'est donc un organisme sans direction capable de toutes les violences sans aucune limite. L'autre scandale est qu'on ne leur fait pas payer leurs casses !