Cassano, une renaissance avec la Samp et un Euro avec l'Italie ?

le
0
Cassano, une renaissance avec la Samp et un Euro avec l'Italie ?
Cassano, une renaissance avec la Samp et un Euro avec l'Italie ?

Depuis mardi dernier et son festival face au Genoa, l'Italie n'a plus que son nom à la bouche. Antonio Cassano est presque de retour au premier plan. Au point qu'on se prend déjà à rêver d'un retour fou du pibe de Bari en Nazionale pour l'Euro.

"À ceux qui me disaient fini, je dis qu'ils ne comprennent rien au foot." La déclaration claque. Comme d'habitude avec celui qu'on a souvent surnommé Peter Pan, en raison évidemment de son comportement difficile et de son incapacité à se tenir tranquille. Quand on parle d'Antonio Cassano, on ne peut effectivement s'empêcher de penser rapidement à ses fameuses "cassanate". Un néologisme employé pour parler de ses nombreux coups de sang contre arbitres, coachs ou même présidents. À la Sampdoria, on était d'ailleurs resté sur les insultes de Cassano envers le regretté Ricardo Garrone, président des Blucerchiati de 2002 à 2013. Un pétage de câble en règle qui a valu une belle polémique quand Massimo Ferrero, le président actuel de la Samp, a rouvert cet été les portes du club à Cassano. D'autant plus que le fantasque Italien restait alors sur près de huit mois d'inactivité après avoir assez lâchement quitté Parme en janvier dernier. Mais s'il est incorrigible, le pibe de Bari a aussi un talent extraordinaire. Un talent dont il a, à nouveau, fait la démonstration lors du derby de Gênes. Sans oublier dans la foulée son énième promesse d'avoir changé…

Régime, talent et confiance


Face au Genoa, Antonio Cassano est apparu en net progrès physiquement tout d'abord. C'est normal, le bougre a cravaché pendant la trêve hivernale pour retrouver une condition physique digne de ce nom. "Durant les fêtes, je me suis mis à courir et j'ai perdu un kilo : pour atteindre des objectifs, il faut savoir se sacrifier. Je l'ai compris à 33 ans. C'eut sans doute été mieux si je l'avais fait à 20 ans, mais je n'ai pas de regrets", a ainsi confié Fant'Antonio après sa grosse prestation qui a permis à la Sampdoria de remporter le derby 3 à 2. Impressionnant dans son jeu en déviation, Cassano a effectivement été le grand bonhomme du succès blucerchiato, puisqu'il a été impliqué sur les trois buts des siens. Une qualité à la création qu'admire son entraîneur Vincenzo Montella : "Antonio fait partie des rares joueurs qui aiment plus faire une passe décisive que marquer. Il réussit à voir le jeu avant les autres, un peu comme Totti. Moi-même, j'en ai bénéficié dans le passé", s'est ravi l'Aeroplanino en se rappelant de son passé commun avec…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant