Casino : un risque brésilien surestimé ?

le
0
Supermarché Extra à Sao Paulo, au Brésil. (© Casino)
Supermarché Extra à Sao Paulo, au Brésil. (© Casino)

Casino au Brésil, de l’eldorado au fiasco. À en croire la dégringolade de 33% du cours de Bourse du distributeur stéphanois ces trois derniers mois, il s’agit bel et bien du raccourci emprunté par les investisseurs, prêts à brûler sur le champ ce qu’ils ont adoré pendant des années.

Certes, le climat économique est particulièrement adverse dans ce pays qui compte pour 40 à 45% des ventes et des profits de Casino : l’économie brésilienne est retombée en récession au deuxième trimestre et la banque centrale peine à maîtriser une inflation avoisinant les 10%, nourrie par la chute du real, elle-même alimentée par l’abaissement de la note de la dette souveraine nationale par Standard & Poor’s.

Les conséquences pour les équilibres financiers de Casino sont substantielles. Elles se situent tant au niveau du chiffre d’affaires, le segment cyclique du non-alimentaire (50% des ventes du distributeur au Brésil) étant particulièrement sinistré, que des résultats, du fait de la dévaluation de 31% du real face à l’euro depuis le début de l’année.

La hausse du coût de l’emprunt au Brésil et le libellé de la dette en euro (lire Le Revenu n°1338-1339) constituent enfin une menace pour le bilan et pour la poursuite des investissements. Mais la sanction en Bourse est excessive.

Bloc "A lire aussi"

Avec une

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant