CASA retrouve la rentabilité et se voit leader européen

le
9
CASA RETROUVE LA RENTABILITÉ ET SE VOIT LEADER EUROPÉEN
CASA RETROUVE LA RENTABILITÉ ET SE VOIT LEADER EUROPÉEN

par Matthias Blamont et Maya Nikolaeva

PARIS (Reuters) - Crédit agricole S.A. a renoué avec un bénéfice en 2013 et estime que le plan stratégique qu'elle s'apprête à dévoiler aux investisseurs lui permettra de devenir leader européen de la banque universelle de proximité en 2020.

La structure cotée de la banque française n'a toutefois communiqué aucun objectif financier pour 2014 mercredi et présentera ses ambitions dans le cadre de son nouveau plan de croissance pluriannuel le 20 mars.

"Nos résultats sont conformes à nos attentes, nos fondamentaux sont solides", a déclaré à des journalistes le directeur général Jean-Paul Chifflet.

"Nous pensons que l'économie française devrait aller mieux en 2014 (...) En Italie, les revenus vont aller mieux et le coût du risque devrait se calmer ! Nous voulons toujours être les leaders de la banque de proximité et des métiers (afférents) en Europe", a-t-il ajouté.

Selon les économistes de l'Union européenne, la croissance en France, où le Crédit agricole réalise l'essentiel de son activité, devrait progresser de 0,9% cette année. En Italie, deuxième marché du groupe, le produit intérieur brut est attendu en hausse de 0,7%.

Fort d'un bénéfice net de 2,5 milliards d'euros l'an dernier, qui fait suite à une perte historique de quelque 6,5 milliards au titre de 2012 en raison des difficultés de la banque en Grèce, CASA proposera un dividende, ce qu'elle n'avait plus fait depuis 2010, de 0,35 euro par action.

Vers 10h50, l'action CASA progresse de 1,9% à 10,99 euros à la Bourse de Paris. Plusieurs opérateurs de marché ont évoqué un niveau de dividende légèrement supérieur aux attentes : le consensus des analystes se préparait à voir la banque verser 0,34 euro par action.

SOLVABILITÉ MUSCLÉE, RÉSILIENCE DES CAISSES

Au quatrième trimestre, CASA voit son résultat net s'élever à 612 millions d'euros, à comparer à une perte de 3,98 milliards un an plus tôt, tandis que le produit net bancaire progresse de 21,9% à 4,05 milliards.

Le coût du risque recule de 14,2%, une baisse à mettre au crédit des efforts du groupe en Italie où la banque est active via son réseau Cariparma et sa structure de crédit à la consommation Agos Ducato.

Les comptes intègrent toutefois plusieurs éléments exceptionnels dont une perte de 138 millions d'euros liée aux cessions de la filiale de CASA en Bulgarie et d'entités de Crédit agricole Consumer Finance en Scandinavie.

Sur l'année, le PNB affiche une progression de 0,4% à 16,02 milliards d'euros.

Le produit net bancaire des caisses régionales, retraité des opérations "intragroupe", ressort à 3,61 milliards d'euros au quatrième trimestre, en augmentation de 2% sur un an.

Le groupe Crédit agricole - les régulateurs traitent les questions de solvabilité au niveau du groupe et non au niveau de la structure cotée, a de son côté indiqué que son ratio common equity tier one Bâle III atteignait 11,2% au 31 décembre, un niveau plus élevé que celui de BNP Paribas (10,3%) et de Société générale (10%) à la même date.

Jean-Paul Chifflet a confirmé que la Banque centrale européenne, chargée cette année d'assurer la supervision des banques de la zone euro, entendait continuer à privilégier le groupe Crédit agricole en matière de solvabilité dans le cadre de sa "revue de la qualité des actifs" (Asset Quality Review) dont les résultats sont attendus en octobre prochain.

Edité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le mercredi 5 mar 2014 à 14:42

    4-La règle d'or censée garantir aux Etats un budget équilibré, que l'Allemagne a eu la naïveté d'inscrire dans sa Constitution et tente d'imposer aujourd'hui à ses partenaires européens, n'est - on l'a vu - rien d'autre qu'une blague de potache. C'est en son nom pourtant que l'on malmène aujourd'hui la démocratie en Europe et qu'on assassine sa monnaie commune…A se demander qui est derrière tout ça ???...A qui profite le crime, je vous laisse le soin d’y répondre !!!...

  • mlaure13 le mercredi 5 mar 2014 à 14:36

    2-élémentaire même, confirmerait un détective fameux. Avec du déficit sur PIB, on croit tout de suite voir quelque chose de clair. Et M. Abeille d'ajouter, à propos du seuil de 3 % qu'il proposa pour le déficit annuel en points de PIB : C'est 3 %... 1 % serait maigre, et de toute façon insoutenable... 2 % du PIB aurait quelque chose de plat, et presque de fabriqué. Tandis que 3 est un chiffre solide ; il a derrière lui d'illustres précédents (dont certains qu'on vénère)."

  • mlaure13 le mercredi 5 mar 2014 à 14:32

    3-La règle d'or implique que la dette souveraine d'une nation dépasse la croissance de son économie, le rapport dette/PIB se dégrade inéluctablement. Or les politiques d'austérité mal avisées des dirigeants européens ont un impact négatif sur la croissance, augmentant le risque de dégradation de la notation de leur pays, et provoquant l'effet de ciseaux redouté, puisque le taux de croissance baisse, et les taux exigés par le marché des capitaux pour la dette émise montent.

  • mlaure13 le mercredi 5 mar 2014 à 14:29

    Pourquoi a-t-on inventé l'artifice absurde de comparer les dépenses d'une nation à son PIB plutôt qu'avec ses recettes ? Ecoutons ce que dit de son origine Guy Abeille, haut fonctionnaire chargé de mission à la direction du budget du ministère des finances, et concepteur de l'indice (Guy Abeille, "Pourquoi le déficit à 3 % du PIB est une invention 100 % française", La Tribune, 1er octobre 2010) : "La bouée tous usages pour sauvetage du macro-économiste en mal de référence, c'est le PIB

  • mlaure13 le mercredi 5 mar 2014 à 14:20

    Pourquoi a-t-on inventé l'artifice absurde de comparer les dépenses d'une nation à son PIB plutôt qu'avec ses recettes ? Ecoutons ce que dit de son origine Guy Abeille, haut fonctionnaire chargé de mission à la direction du budget du ministère des finances, et concepteur de l'indice (Guy Abeille, "Pourquoi le déficit à 3 % du PIB est une invention 100 % française", La Tribune, 1er octobre 2010)

  • dupon666 le mercredi 19 fév 2014 à 15:52

    Le credit patate detrone goldman sax

  • M2487190 le mercredi 19 fév 2014 à 12:45

    Quelle PUB made in France : banque des paysans "LEADER" Europeen ? mais essayez d'abord "Leader" des banques francaise !!! avant de viser europeen.

  • ppsoft le mercredi 19 fév 2014 à 12:40

    HA HA HA ! Alors ça, c'est vraiment la blague du jour ! :-D

  • M4328752 le mercredi 19 fév 2014 à 12:16

    LOL !!