CASA passe 3,8 milliards d'euros de charges pour solder le passé

le
0
CRÉDIT AGRICOLE VA PASSER 3,8 MILLIARDS D'EUROS DE CHARGES EXCEPTIONNELLES AU QUATRIÈME TRIMESTRE 2012
CRÉDIT AGRICOLE VA PASSER 3,8 MILLIARDS D'EUROS DE CHARGES EXCEPTIONNELLES AU QUATRIÈME TRIMESTRE 2012

par Matthias Blamont et Christian Plumb

PARIS (Reuters) - Le groupe Crédit agricole S.A. a annoncé vendredi qu'il passerait quelque 3,8 milliards d'euros de charges exceptionnelles au quatrième trimestre 2012, un montant qui reflète pour l'essentiel la baisse de la valeur d'acquisitions effectuées par la banque française avant la crise.

CASA devrait ainsi accuser une perte historique en 2012 : sur les neuf premiers mois de l'année, la structure cotée du Crédit agricole affichait déjà une perte nette de 2,5 milliards d'euros, une contre-performance qui intègre l'impact de la cession de sa filiale grecque Emporiki.

Contrainte chaque année par la réglementation de réexaminer ses acquisitions, CASA prévoit pour le quatrième trimestre des dépréciations de survaleur (goodwill) de 466 millions d'euros dans sa banque de financement et d'investissement, de 923 millions dans ses activités de crédit à la consommation et de 921 millions dans la banque de proximité à l'international.

Des dépréciations liées à la participation de CASA dans le courtier Newedge - coentreprise avec la Société générale - sont également attendues pour un montant de 366 millions d'euros.

A l'issue de ces ajustements comptables, le montant résiduel des survaleurs du groupe ressort à près de 15 milliards d'euros.

Vers 10h25, l'action CASA progressait de 1,57% à 7,394 euros à la Bourse de Paris après avoir ouvert en baisse de 2,47%. Le titre a gagné près de 22% depuis le début de l'année, portant sa capitalisation boursière à 18,5 milliards d'euros

"Ces éléments (exceptionnels) n'impactent pas la solvabilité de CASA", soulignent les analystes de Natixis dans une note de recherche.

"Même si a priori cette nouvelle parait négative, elle nous conforte sur la volonté du groupe d'accélérer le nettoyage du bilan pour se recentrer au plus vite sur la performance opérationnelle."

Dans un communiqué, le groupe ajoute que la valeur de sa participation de 20,2% au capital de la banque portugaise BES fera l'objet d'une dépréciation de 267 millions d'euros.

"Ces charges ont un impact négatif (...) sur le résultat net part du groupe de Crédit agricole S.A. pour le quatrième trimestre 2012 mais n'affectent ni sa solvabilité ni sa liquidité", explique la banque.

Crédit agricole vise un ratio de solvabilité "common equity tier 1" sous Bâle III supérieur à 10% fin 2013.

CASA se prépare également à passer une charge d'impôt d'environ 130 millions d'euros au titre d'une taxe sur la réserve de capitalisation des compagnies d'assurance et anticipe un impact négatif de l'ordre de 850 millions d'euros sur son produit net bancaire du fait de la réévaluation de sa dette, susceptible de grever le résultat de 550 millions.

EXPANSIONS

CASA s'est lancée dans les années 2000 dans une politique de croissance externe ambitieuse, notamment en vue de se développer à l'international. La banque a racheté Emporiki en 2006 et la banque italienne Cariparma en 2007. En 2003, le groupe avait absorbé le Crédit lyonnais.

L'annonce de vendredi constitue le deuxième avertissement sur résultats communiqué par la banque verte à une semaine d'intervalle.

Le 25 janvier, CASA avait prévenu que ses comptes du quatrième trimestre seraient affectés à hauteur de 160 millions d'euros par un changement de méthode de valorisation des titres que les caisses régionales détiennent dans la SAS Rue La Boétie, actionnaire majoritaire de CASA.

La banque publiera ses comptes du quatrième trimestre et de l'exercice 2012 le 20 février.

Les dépréciations de survaleur étaient attendues par le marché. L'ESMA, l'Autorité européenne des marchés financiers, avait averti le 21 janvier qu'elle publierait les noms des entreprises qui n'auraient pas inscrit correctement dans leurs comptes les dépréciations auxquelles elles sont contraintes.

La Société générale avait de son côté indiqué le 16 janvier que ses résultats du quatrième trimestre subiraient une dépréciation d'écart d'acquisition liée à Newedge

Jeudi, Deutsche Bank a également fait état d'une dépréciation de survaleur de 1,9 milliard d'euros.

Edité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant