CASA paiera $787 mlns pour avoir violé des embargos américains

le
0

* Soudan, Cuba, Birmanie et Iran parmi les pays visés * Pas d'impact sur les compte du S2, dit CASA * La banque a déjà provisionné 1,6 milliard pour ses contentieux (Actualisé avec citations, réaction du Crédit agricole) par Karen Freifeld et Julien Ponthus NEW YORK/PARIS, 20 octobre (Reuters) - Crédit agricole CAGR.PA s'acquittera d'une amende de 787 millions de dollars (694 millions d'euros) pour avoir effectué des transactions au bénéfice de clients dans des pays visés par des sanctions de Washington. Cette amende s'inscrit dans le cadre d'accords de poursuite différée ("deferred prosecution agreements"), qui prévoient une surveillance accrue de l'établissement pendant une période donnée. "Les lois sur les sanctions sont vitales à la fois pour notre sécurité nationale et les intérêts de notre politique étrangère", a déclaré le ministère américain de la Justice dans un communiqué diffusé mardi. Les autorités américaines ont établi que des filiales du Crédit agricole avaient transféré plusieurs centaines de millions de dollars pour le compte de clients au Soudan, en Iran, à Cuba et en Birmanie. L'autorité de régulation du secteur financier de l'Etat de New York a déclaré pour sa part qu'un responsable ayant, selon elle, joué un rôle central dans les agissements mis en cause serait limogé. L'identité de ce salarié n'a pas été dévoilée. PAS D'IMPACT SUR LES COMPTES DU S2 Le paiement de l'amende n'aura pas d'impact sur les comptes du second semestre 2015 du Crédit agricole, a réagi la banque après sa mise à l'amende. "Cette pénalité s'imputera sur les provisions déjà constituées et n'affectera pas les comptes du second semestre 2015", assure la banque mutualiste dans un communiqué. Elle s'engage à poursuivre le renforcement de ses procédures de contrôle et sa coopération avec les autorités américaines. Avant ces annonces, des analystes estimaient qu'une amende de cet ordre pour Crédit agricole constituerait un soulagement pour les marchés dans la mesure où elle serait couverte par la provision de 1,6 milliard d'euros mise de côté par le groupe pour l'ensemble de ses contentieux. En septembre, des sources proches du dossier avaient indiqué à Reuters que l'amende pourrait s'élever à environ 900 millions de dollars. Plusieurs autres banques internationales, principalement européennes, ont déjà conclu avec différentes autorités américaines des accords portant sur des pénalités d'un montant global de près de 14 milliards de dollars depuis 2009. L'an dernier, BNP Paribas BNPP.PA a versé un montant record de 8,97 milliards de dollars et plaidé coupable de violation de sanctions. Le groupe s'est en outre vu interdire pour une durée limitée certaines transactions en dollar. (Avec Maya Nikolaeva à Paris, édité par Dominique Rodriguez)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant