Cas suspect d'Ebola à Paris : le premier test est négatif

le
0
Cas suspect d'Ebola à Paris : le premier test est négatif
Cas suspect d'Ebola à Paris : le premier test est négatif

Selon nos informations, une infirmière fortement susceptible d'être infectée par le virus Ebola a été hospitalisée ce jeudi vers 13h45 au service maladies infectieuses de l'hôpital Begin de Saint-Mandé (Val-de-Marne) où elle a été conduite sous escorte ultra sécurisée. Souffrant d'une forte fièvre, elle a été transportée sous scaphandre depuis son domicile dans les Hauts-de-Seine par les pompiers.

Selon BFM TV, le premier test réalisé s'est révélé négatif. Ce qui signifierait que l'infirmière n'est pas touchée par le virus. Une deuxième batteries de tests doit avoir lieu pour confirmer. 

A son chevet dans le camion médicalisé : au moins deux personnes équipées de combinaisons intégrales jaunes. Deux motards de la police nationale ouvraient le convoi. Il s'agit de l'une des infirmières qui a été en contact rapproché et régulier avec Lucie, l'humanitaire de Médecins sans frontières, contaminée au Liberia et rapatriée en France dans la nuit du 18 au' septembre, déclarée guérie depuis.

Le convoi a traversé les urgences de cet hôpital militaire qui fait partie de la dizaine d'hôpitaux de référence habilités en France à recevoir des patients Ebola. Les urgences, dont les salles d'attente avaient été préalablement évacuées de tout patient, sont confinées jusqu'à ce que des équipes de décontamination puisse nettoyer les lieux.

VIDEO. Ebola : un cas suspect à l'hôpital Bégin

Contacté, le ministère de la Santé se refuse à tout commentaire selon la ligne de conduite qu'il avait fixée la semaine dernière : plus aucune communication sur les cas suspects. Marisol Touraine s'est en revanche engagée à «dire toute la vérité» sur les cas avérés s'il devait y en avoir. Seules les analyses, sans doute pratiquées dès l'arrivée de la patiente puis adressées à l'institut Pasteur de Lyon, permettront de confirmer -ou non- que l'infirmière est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant