Carte scolaire : le bilan de l'assouplissement

le
0
Un rapport détaille l'effet des mesures prises en 2007. Il se fait surtout sentir dans les établissements d'éducation prioritaire, délaissés par certains élèves pour de meilleurs collèges.

C'était en 2007 une des promesses de campagne de Nicolas Sarkozy: la carte scolaire allait être abolie. Cette dernière a été maintenue mais des directives nationales fixent désormais beaucoup plus clairement qu'avant les modalités de dérogations. Elles sont attribuées prioritairement aux élèves handicapés, aux boursiers, à ceux qui suivent un enseignement particulier, ceux dont un frère est scolarisé dans l'établissement voulu, etc.

L'objectif du gouvernement était double, il s'agissait d'élargir la liberté de choix des familles et de renforcer la diversité sociale dans chaque établissement. La nouveauté principale, selon un copieux rapport de l'École d'économie de Paris et de la Cepremap (centre pour la recherche économique et ses applications) sur le sujet, datant d'octobre 2011, a résidé «dans l'introduction d'un critère boursier qui vise à favoriser la mixité sociale».

Les parents ont bien entendu le message. Le nombre de demandes de dérogations est e

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant