Carroll marche sur les espoirs d'Arsenal

le
0
Carroll marche sur les espoirs d'Arsenal
Carroll marche sur les espoirs d'Arsenal

Porté par un Andy Carroll excité et excitant, West Ham a arraché cet après-midi un nul épique (3-3) face à un Arsenal qui dit désormais quasiment au revoir à ses rêves de titre. Un résultat qui n'arrange personne mais qui a fait délirer tout le monde.

West Ham 3-3 Arsenal

Buts : Carroll (44e, 45e, 52e) pour West Ham ; Özil (18e), Sánchez (35e) et Koscielny (70e) pour Arsenal.

Ce n'est pas le plus élégant. Hier, il était pourtant l'un des plus chers du Royaume. Sa queue de cheval a depuis perdu de sa valeur, a mué en fines tresses mais, au fond, il n'a pas changé. Andy Carroll est un cogneur, un mec qui lâche des coups de coudes, qui s'arrache dans les airs. Il aime aussi écrire l'histoire à sa façon. C'est le genre de match qu'il aime, le contexte qu'il adore et l'atmosphère qu'il préfère. Alors il sourit. Au coeur d'un match ouvert, débridé, Andy Carroll a sorti sa grosse tête pour inscrire aujourd'hui son premier triplé depuis août 2010 et, par la même occasion, marcher sur les derniers espoirs de titre d'Arsenal. Sans douceur mais avec les bras ouverts dans la chaleur de Boleyn Ground. Au final, un score nul (3-3) qui n'arrange personne mais un match qui a fait rêver tout le monde.

Carroll bouquet


C'est l'heure des choix et des derniers moments. Arsène Wenger le sait et ses rêves de titre passeront par ces instants, ces rendez-vous. Car cette saison, Boleyn Ground est une forteresse où personne n'est venu s'imposer depuis le mois d'août. Une scène où West Ham s'est transformé entre les mains de Slaven Bilić, où l'histoire vit ses derniers jours avant un déménagement au stade olympique de Londres. Alors on chante, on se déchire les poumons sur le mythique I'm Forever Blowing Bubbles et on rêve, un peu, d'un ticket pour la Ligue des Champions en fin de saison. Bilić y croit aussi, nerveux derrière sa ligne, et pose sa carte tactique : un 3-4-3 avec Tomkins titulaire aux côtés de Reid et Ogbonna derrière et Andy Carroll en pointe. Côté Arsenal, Wenger relance son onze du moment, laissant Čech sur le banc et titularisant Alex Iwobi. Histoire de surfer sur une série de trois matches de championnat sans défaite et une forme offensive retrouvée.

C'est le sentiment de départ. West Ham joue, Arsenal attend dans son coin pour piquer en contre. On se cartouche, Carroll met au sol Koscielny et Bilić n'arrive pas à tenir en place devant son banc. D'autant…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant