Carrefour rassure sur son résultat et limite le repli du CA

le
0
L'AMÉRIQUE LATINE LIMITE LA BAISSE DU CA TRIMESTRIEL DE CARREFOUR
L'AMÉRIQUE LATINE LIMITE LA BAISSE DU CA TRIMESTRIEL DE CARREFOUR

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Carrefour, qui a limité le repli de son chiffre d'affaires au deuxième trimestre grâce à l'Amérique latine, a rassuré le marché jeudi en confortant le consensus des analystes sur son résultat opérationnel annuel.

Alors que nombre d'analystes craignaient que leurs prévisions ne soient trop élevées, compte tenu de la très forte dégradation de la consommation en Europe du sud, le groupe a fait savoir, par la voix de son directeur financier, qu'il était "confortable" avec un consensus compris entre 2,03 et 2,09 milliards d'euros pour l'exercice en cours.

A ce niveau, le résultat opérationnel courant 2012 accuserait une baisse comprise entre 5% et 8%, après une chute de 19% en 2011. Le consensus Reuters ressort quant à lui à 2,08 milliards.

"C'est clairement positif, car le marché avait peur d'une révision à la baisse", soulignent les analystes de la banque Espirito Santo, pour qui les ventes trimestrielles sont "faibles mais pas pires qu'attendu".

Un autre analyste se dit "soulagé" par la perspective d'une baisse des résultats moins forte que ce que craignait le marché.

Aussi, le titre Carrefour, qui avait perdu 25% de sa valeur depuis le début de l'année, rebondit-il fortement à la Bourse de Paris, s'adjugeant 6,7% à 14,09 euros vers 11h50, dans un marché en repli de 0,4%.

Le numéro un européen de la distribution a vu ses ventes totaliser 21,7 milliards d'euros au deuxième trimestre, un chiffre proche des 21,65 milliards attendus par les analystes, affichant une quasi-stabilité en données publiées (-0,3%).

En données comparables et hors essence, elles accusent un repli plus limité que prévu de 1,3%.

LE RECUL DES HYPERS EN FRANCE SE POURSUIT

Dans une Europe plombée par la crise, Carrefour a vu ses ventes reculer de 3,3% en France et décrocher de 7,4% en Espagne et de 4,3% en Italie.

Mais ces baisses ont été partiellement compensées par la progression enregistrée en Amérique latine (+6,9%), tandis que la contre-performance du groupe en Chine s'est poursuivie avec un recul de 3,6%.

En France, comme le craignaient les analystes, Carrefour n'est pas parvenu à enrayer la baisse des ventes de ses hypermarchés, l'un des gros points noirs du groupe, qui comptent pour près du quart de son chiffre d'affaires. Leur repli a atteint 5,7% en données comparables hors essence, après un recul de 5,8% au premier trimestre.

Le directeur financier du groupe s'est voulu rassurant, en évoquant "malgré la baisse, une amélioration des tendances par rapport au premier trimestre". Pierre-Jean Sivignon a fait état d'une "stabilisation des tendances" en Espagne et d'une "amélioration" en Italie dans le non alimentaire.

En France, les ventes ont progressé dans l'alimentaire, mais ont beaucoup souffert dans le non alimentaire, en raison d'une météo particulièrement maussade. Par ailleurs, Carrefour continue de pâtir de la réforme de sa politique tarifaire, visant à réduire l'écart de prix avec ses grands concurrents, notamment Leclerc.

La baisse des promotions au profit de prix plus bas tout au long de l'année ne peut avoir d'effet positif à court terme sur les ventes, a rappelé le directeur financier, qui a évoqué "un statu quo" sur les écarts de prix par rapport au 1er trimestre.

CHANTIER DE LONGUE HALEINE

Le problème central pour Carrefour, comme pour les autres distributeurs, consiste à protéger les marges alors que les volumes de ventes reculent en Europe et que les baisses de coûts sont limitées.

Mais chez Carrefour, ces difficultés sont amplifiées par un double handicap: sa forte exposition aux marchés d'Europe du Sud (Italie et Espagne), touchés de plein fouet par la crise, ainsi qu'au format d'hypermarché en France, le plus sensible à la dégradation de la consommation, en particulier dans les produits non alimentaires.

L'Europe du Sud et la France pèsent pour près de 60% dans les ventes et le résultat opérationnel du distributeur, qui vient d'annoncer sa sortie de la Grèce (dont les chiffres ont été déconsolidés) au prix d'une charge de 220 millions d'euros.

L'ampleur du chantier de redressement est telle et l'environnement économique si dégradé que les analystes n'attendent aucun redressement rapide des performances du groupe. Son nouveau PDG, Georges Plassat, s'est d'ailleurs donné trois ans y parvenir.

Il a d'ores et déjà laissé entendre que, pour retrouver une marge de manoeuvre, pouvoir investir et affronter la concurrence, Carrefour pourrait sortir de certains pays comme la Turquie ou l'Indonésie, et qu'il devrait tailler dans ses coûts.

Les détails du plan stratégique du groupe sont attendus le 30 août, à l'occasion de la publication de ses résultats semestriels.

Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant