Carrefour pourrait encore réduire son exposition aux émergents

le
0
CARREFOUR POURRAIT RÉDUIRE DAVANTAGE SES PARTS DANS LES PAYS ÉMERGENTS
CARREFOUR POURRAIT RÉDUIRE DAVANTAGE SES PARTS DANS LES PAYS ÉMERGENTS

par Pascale Denis et Dominique Vidalon

PARIS (Reuters) - En cédant sa participation minoritaire dans sa coentreprise au Moyen Orient, Carrefour réalise une opération financière inattendue à un prix jugé élevé mais qui expose encore davantage le groupe au marasme économique en Europe occidentale.

Alors que son PDG Georges Plassat avait laissé entendre en mars que de nouvelles cessions d'actifs n'étaient pas à l'ordre du jour, cette opération devrait relancer les spéculations sur d'autres opérations.

"D'autres pourraient suivre, comme la Tunisie (où Carrefour a une coentreprise avec Utic), Taiwan ou la Pologne", estime Gildas Aitamer, analyste de l'institut PlanetRetail.

Le numéro deux mondial de la distribution derrière Wal Mart a surpris le marché en annonçant mercredi soir la vente de ses 25% dans Majid Al Futtaim Hypermarkets (MAF) pour un montant de 530 millions d'euros, tout en y maintenant son contrat de franchise.

"On pouvait supposer que le management de Carrefour avait réalisé suffisamment de cessions d'actifs pour se focaliser entièrement sur le redressement opérationnel du groupe", notent les analystes de la banque Espirito Santo.

Pour ceux de Barclays, cette vente peut être perçue comme "la confirmation de la valeur cachée des actifs mais aussi comme une opération légèrement dilutive sur le bénéfice par action et comme une nouvelle réduction de l'exposition du groupe aux pays émergents à forte croissance".

"Compte-tenu d'un manque de visibilité sur l'horizon du redressement dans les pays matures d'Europe, nous avons du mal à justifier la prime d'environ 22% dont bénéficie le titre par rapport au secteur de la distribution", ajoutent-ils.

Le titre accuse une forte correction à la Bourse de Paris jeudi, lâchant 5,6% à 23,05 euros vers 16h05 - dans un marché en recul de 2,6% - après avoir gagné près de 26% depuis le début de l'année.

L'opération MAF s'est opérée à des niveaux de valorisation jugés très corrects par les analystes (0,7 fois les ventes et près de 14 fois le bénéfice net) et porte à 3,3 milliards d'euros le montant des ventes d'actifs réalisées par Georges Plassat depuis son arrivée à la tête de Carrefour en mai 2012.

Le produit de ces cessions a permis à Carrefour de se désendetter et de commencer à réinvestir en France dans ses hypermarchés vieillissants, mais aussi en Chine et au Brésil, où Georges Plassat a écarté une introduction en Bourse souvent évoquée par les analystes.

Edité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant