Carrefour gèle Planet et taille dans son dividende

le
3
CARREFOUR GÈLE PLANET, SON NOUVEAU CONCEPT D'HYPERMARCHÉS
CARREFOUR GÈLE PLANET, SON NOUVEAU CONCEPT D'HYPERMARCHÉS

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Carrefour a annoncé jeudi le gel de son concept Carrefour Planet et la division par deux de son dividende pour préserver une trésorerie dégradée par la chute de ses résultats, alors que les perspectives ne semblent pas devoir s'améliorer à court terme pour le distributeur.

Son PDG Lars Olofsson, qui sera remplacé début avril par Georges Plassat, quitte son poste sur un triste bilan.

Le numéro deux mondial derrière l'américain Wall Mart perd des parts de marché à la fois en France, où il souffre d'un mauvais positionnement de prix, et en Europe du Sud, où il pâtit plus que d'autres de la crise économique. Son résultat opérationnel courant 2011 plonge de 19%, conformément aux attentes des analystes.

Son résultat recule partout, sauf en Amérique latine (+27,5%). La chute atteint 32,4% en France et 28% en Europe. Le groupe accuse aussi une contre-performance en Asie (-9,7%), sous le coup de la baisse de ses ventes en Chine.

Le groupe avait déjà publié son chiffres d'affaires annuel, en repli de 0,6% à magasins comparables et hors essence.

Faute de prévisions 2012, difficiles à faire à un mois de l'arrivée de Georges Plassat, Carrefour a longuement détaillé son exercice écoulé et mis l'accent sur la nécessité de protéger sa génération de trésorerie.

Le groupe n'a pas non plus donné d'indication sur l'évolution de ses ventes en début d'année, notamment celles des hypermarchés français qui plombent ses performances et font depuis septembre l'objet d'un nouveau plan de relance.

Avec un cash flow libre tombé à seulement 77 millions d'euros à la fin 2011, contre 839 millions un an plus tôt, Carrefour se doit de couper drastiquement ses dépenses et gèle, comme attendu, le déploiement de Carrefour Planet.

L'emblématique et coûteux projet lancé à l'automne 2010 par Lars Olofsson - qui concernait au départ 503 hypermarchés pour un coût de 1,5 milliard d'euros) et était censé faire revenir les clients dans les hypermarchés du groupe - n'a pas généré les résultats escomptés, loin s'en faut, pénalisé notamment par une mauvaise image prix et des problèmes logistiques.

"AUCUNE SOLUTION TROUVÉE"

"Les résultats n'ont pas été à la hauteur de nos attentes", a reconnu le PDG lors d'une conférence, évoquant cependant un "très bon concept" qui s'est heurté à la crise et à la chute des ventes de produits non alimentaire en Europe du Sud.

Aussi, Carrefour transformera-t-il seulement 11 hypermarchés à ce format en 2012 avant de geler son déploiement.

A la fin 2012, le groupe devrait donc compter 92 Carrefour Planet, alors que le plan prévu à l'horizon 2013 était de transformer 221 hypermarchés et d'en rénover 243.

Au total, les investissements seront ramenés à 1,6 ou 1,7 milliard d'euros en 2012 (dont 700 millions dans les pays émergents) contre 2,3 milliards en 2011, pour faire porter l'effort sur la réduction des écarts de prix avec ses principaux concurrents, notamment Leclerc, et sur le développement de l'e-commerce et du Drive, où Carrefour accuse un retard important.

"Carrefour se concentre sur la protection de son cash, ce qui semble indiquer que le management n'attend pas d'amélioration des ventes à court terme", soulignent les analyste d'Espirito Santo.

Ceux de Raymond James estiment qu'à ce jour "aucune solution n'a été trouvée pour remédier aux pressions structurelles qui pèsent sur ses opérations en Europe".

Autre mesure de préservation de la trésorerie, le dividende a été ramené à 0,52 euro par action contre 1,08 euro en 2010, un niveau nettement inférieur à celui de 0,72 euro attendu par les analystes.

Le distributeur a précisé qu'il réviserait sa politique de distribution à environ 45% du résultat net ajusté des éléments exceptionnels, contre près de 60% en 2011.

DÉPRÉCIATIONS ET NETTOYAGE COMPTABLE

La chute du dividende ajoutée aux craintes d'une poursuite de la dégradation des performances en 2012 pèsent sur la valeur en Bourse. Le titre cédait 1,39% à 17,375 euros à 15h30, accusant la seule baisse du CAC 40, qui gagnait 1,7%.

Carrefour a indiqué qu'il poursuivrait en 2012 ses mesures de réduction de coûts avec un objectif d'économies de 400 millions d'euros et une réduction de deux jours des niveaux de stocks.

Il a aussi passé de massives charges exceptionnelles totalisant 2,162 milliards d'euros, liées à des dépréciations d'actifs, principalement en Italie, procédant ainsi à un "nettoyage" des comptes largement attendu avant l'arrivée de Georges Plassat.

Le résultat opérationnel courant est ramené à 2,182 milliards d'euros en 2011 et le résultat net courant accuse une perte de 2,2 milliards liées aux dépréciations d'actifs.

Le résultat net part du groupe revient à 371 millions (en baisse de 14%) grâce à un jeu d'écritures comptables liées à Dia (mise en Bourse en juillet 2011) et aux actifs thaïlandais cédés à Casino et correspondant à l'écart entre leur valeur comptable et leur valeur de marché au moment de leur cession.

Edité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • parville le jeudi 8 mar 2012 à 13:16

    franchement pas besoin d'être payé cher pour savoir que c'était une hérésie !!!

  • AND.KOTE le jeudi 8 mar 2012 à 13:06

    Carrefour une valeur de rendement du fond tricolore rendement d'EdR:46% de perte depuis un an,dividende divisé par 2§felicitations au gerant!!!

  • M9615874 le jeudi 8 mar 2012 à 10:17

    Vous avez vu votre texte : il faut arrêter l'alcool au boulot !