Carrefour cède ses activités en Indonésie

le
0
CARREFOUR VEND SES ACTIVITÉS EN INDONÉSIE
CARREFOUR VEND SES ACTIVITÉS EN INDONÉSIE

PARIS (Reuters) - Carrefour poursuit sa stratégie de recentrage et a annoncé mardi la vente de ses activités en Indonésie, quelques semaines après s'être désengagé de ses marchés en Colombie et en Malaisie.

Le numéro deux mondial de la distribution va céder sa participation de 60% dans Carrefour Indonésie pour 525 millions d'euros à son partenaire local CT Corp.

L'opération doit être finalisée en janvier 2013, sous réserve de l'approbation des autorités indonésiennes compétentes, a indiqué le distributeur français dans un communiqué.

Dans le cadre de la transaction, CT Corp va devenir le franchisé exclusif de Carrefour en Indonésie.

Le distributeur français était présent depuis 1998 en Indonésie et exploitait 84 points de vente. En 2011, le groupe a réalisé un chiffre d'affaires d'un milliard d'euros hors taxes dans le pays.

Cette cession intervient alors que Carrefour est engagé dans une revue de ses actifs à l'international, lancée par son nouveau PDG Georges Plassat pour remettre le groupe sur les rails.

Carrefour, qui a dégagé un résultat opérationnel de 769 millions d'euros au premier semestre, a ainsi annoncé le 31 octobre la vente de ses activités de distribution en Malaisie au japonais Aeon pour une valeur d'entreprise de 250 millions d'euros.

Deux semaines auparavant, le groupe avait cédé ses activités colombiennes au chilien Cencosud pour deux milliards d'euros.

Lors de la présentation des résultats semestriels de Carrefour fin août, Georges Plassat avait évoqué de possibles "ajustements" en Pologne et une réflexion en cours sur les actifs de Turquie et d'Indonésie, tout en réaffirmant l'importance pour Carrefour des marchés brésiliens et chinois.

A la Bourse de Paris, le titre Carrefour a clôturé lundi soir en hausse de 3,16% à 18,13 euros (+2,93% pour le CAC 40).

Depuis le début de l'année, il progresse de 2,92%, donnant une capitalisation boursière d'environ 12,8 milliards d'euros.

Blandine Hénault, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant