Carrefour: Bernstein reste neutre après la DGCCRF.

le
0

(CercleFinance.com) - Les analystes du bureau d'études américain Bernstein se sont penchés sur le dossier Carrefour au lendemain de la dénonciation de “pratiques illicites” en matière commerciale. L'impact de l'affaire pourrait être limité pour le groupe. Ils restent neutres sur la valeur, avec un conseil de “performance en ligne”, et un objectif de cours de 25,5 euros.

A la Bourse de Paris, l'action Carrefour, qui sur la nouvelle a déjà reculé de 4,6% hier, perd encore 0,9% ce matin à 22,3 euros.

Hier en effet, après une enquête réalisée par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), le ministère de l'Economie a assigné Carrefour devant le tribunal de commerce. Objectif : faire condamner le groupe pour des pratiques commerciales “illicites” avec ses fournisseurs. Bercy indique que d'autres enseignes sont également ciblées, et pourraient elles aussi être assignées “dans les prochaines semaines”.

S'appuyant sur des informations de presse (LSA), Bernstein évoque, pour Carrefour, une amende de cinq millions d'euros assortie de remboursements aux fournisseurs. De quel montant ? 15 millions d'euros, estime Bernstein.

En effet, ces remboursements sont liés à des commissions excessives de distribution que Carrefour aurait exigé de certains de ses fournisseurs, alors que selon Bernstein, le taux courant est de l'ordre de 0,3% habituellement. De ce fait, si toutes les activités concernées de Carrefour était visées (5 milliards d'euros), le montant du remboursement serait de 35 millions d'euros. Mais comme tel n'est vraisemblablement pas le cas, les analystes ont ramené leur estimation à 15 millions.

Au-delà, Bernstein estime que cette affaire affaiblit la position de Carrefour avant les négociations tarifaires de l'année prochaine, “ce qui en conséquence pourrait peser sur les marges” au-delà du seul montant de l'amende.

Cela étant, si les concurrents de Carrefour (Casino, Intermarché, Auchan, Système U ?) étaient pénalisés de la même façon, le fardeau serait réparti sur l'ensemble du secteur et non seulement sur Carrefour. Car cette éventualité permettrait aussi aux distributeurs de répercuter la hausse des coûts sur le consommateur. Et ce d'autant qu'il s'agit peut-être aussi d'une manoeuvre politique en vue des présidentielles, suppute une note.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant