Carmignac Gestion : l'Europe désormais plus intéressante pour investir

le
0
(NEWSManagers.com) -

" Satisfaction" chez Carmignac Gestion. A l'occasion de la réunion trimestrielle portant sur l'analyse macro-économique et la stratégie d'investissement au troisième trimestre, Frédéric Leroux, gérant global, a noté que les actifs risqués devraient connaître un mouvement de revalorisation, ajoutant que la période devenait favorable au " stock picking" . Le gérant a cependant insisté sur la poursuite de la réduction de l'effet de levier dans les économies développées qui pèse sur les taux de croissance économique et sur les marges bénéficiaires des entreprises.

Le responsable, dont la société depuis le début de l'année a enregistré une collecte nette de quatre milliards d'euros, a aussi fait part de plus d'optimisme vis-à-vis de l'Europe. " Mario Draghi a parlé" , a noté le dirigeant, " et le risque systémique est écarté compte tenu du rôle de prêteur en dernier ressort de la Banque centrale européenne." Le cadre a également noté le potentiel de rattrapage des marchés européens, en comparant leur niveau actuel avec leur plus haut de 2007. En chiffres, l'indice Euro Stoxx 50 devrait ainsi progresser de 75 % pour retrouver le plus haut d'il y a cinq ans tandis que le S&P 500 devrait, aujourd'hui, baisser de 1,40 %.

" Si en Europe la crise financière est en voie de traitement, la situation n'en reste pas moins compliquée" , a tempéré le gérant, " car la récession se poursuit." Frédéric Leroux a aussi jugé inévitable la demande d'aide de l'Espagne à l'Europe, " mais avec les nouveaux pouvoirs de la BCE, une phase d'optimisme est anticipée" , a t-il relevé. Finalement; le responsable a gardé ses flèches les plus acérées pour la France où il " ne voit aucune réforme structurelle" . Et de montrer, à titre d'exemple, que le coût unitaire de la main d'oeuvre n'a cessé de progresser depuis 2008 dans l'Hexagone tandis qu'elle baisse depuis trois ans en Espagne et en Irlande. Reste que Carmignac Gestion a retiré les couvertures sur indices sur l'Europe et s'est aussi récemment séparé de banques chinoises au profit d'établissements européens parmi lesquels figurent deux banques françaises, Société Générale et BNP Paribas.

Sur le fonds phare de la gamme Carmignac Patrimoine, ce retour à plus d'optimisme et la volonté de la société de profiter du rebond des marchés, justifie une part actions en hausse de près de trois points sur le troisième trimestre (41,2 % de l'ensemble). La partie taux a également progressé, de près de quatre points (à 45,1 %). Dans cette poche du portefeuille, l'équipe de gestion a réduit la part des emprunts d'Etat, de façon nette, au profit des émissions privées. Sur les devises, Carmignac Gestion se montre également plus prudent : la part de l'euro a doublé durant le trimestre tandis qu'elle est passée de 56,22 % à 33,77 % pour le dollar. Enfin, au sein du portefeuille, la part liquidités a été fortement réduite (à 13,7 % contre plus de 20 % à la fin juin).

Par ailleurs, les équipes de gestion de la société ont mis en avant la complémentarité de l'ensemble des fonds Patrimoine de la gamme. A partir des corrélations des fonds sur trois ans ? en se basant pour Carmignac Emerging Patrimoine lancé le 31 mars 2011 sur l'évolution de son indice de référence jusqu'au jour de sa création - il ressort que la corrélation entre le dernier-né de la gamme et le fonds Carmignac Patrimoine s'établit à 54 %. Mieux, entre ce dernier fonds et Carmignac Euro Patrimoine, la corrélation tombe même à 36 %. Enfin, entre le fonds patrimonial investi sur la zone euro et celui investi sur les marchés émergents, la corrélation atteint 40 %.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant