Carmelo Anthony, stop ou encore ?

le
0
Carmelo Anthony, stop ou encore ?
Carmelo Anthony, stop ou encore ?

Transféré des Nuggets aux Knicks en février 2011, Carmelo Anthony prenait part à un projet sportif d'envergure, avec la charge de redorer le blason de la franchise new yorkaise. Trois saisons se sont écoulées, et autant de promesses non tenues sont venues nourrir les velléités de départ de l'actuel scoreur du Madison Square Garden. Disposant d'une « player option » lui permettant de prolonger son contrat d'une saison supplémentaire, Melo pourrait avoir envie de changer d'air en juin prochain. Doté d'un potentiel rare qui en fait l'un des joueurs les plus talentueux de la Ligue, le n°7 voit son rêve de titre NBA s'envoler au fil des saisons. Doit-il persister à placer ses objectifs entre les mains d'une franchise au contexte médiatique particulier, et aux investissements économiques peu fructueux ? En quête de sa première bague de champion, l'ailier des Knicks se pose sérieusement la question. Le joueur répète, à qui veut l'entendre, qu'une non qualification en play-offs n'influerait pas sur sa décision finale. A bientôt 30 ans, difficile toutefois de l'imaginer rester sans garantie sportive à court terme.

Manque d'agressivité et absence de leadership

Côté Knicks, le projet amorcé il y a trois saisons avec le recrutement d'Anthony, Billups, et Stoudemire, n'aura jamais produit le résultat escompté. Performant statistiquement (28,7 points de moyenne cette saison), Anthony n'a toutefois pas prouvé sa capacité à emmener l'équipe jusqu'à la plus haute marche. Metta World Peace pointait du doigt ces derniers jours le manque d'agressivité de la star des Knicks, son absence de leadership et d'une mentalité adéquat. Pour les propriétaires de l'actuel onzième de la Conférence Est (21v-38d), il est temps de décider si Carmelo Anthony est le « franchise player » idéal pour mener à bien les objectifs fixés. Anthony est-il mal entouré sur le parquet ou son jeu empêche-t-il la constitution d'un collectif ? La balle est entre les mains du All Star, qui devra faire preuve de lucidité dans son choix s'il veut rejoindre James ou Wade au rang des grands joueurs de sa génération, dotés d'un palmarès. Le sien est encore vierge et le temps presse.

Matthieu LENIAU

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant