Carmat relativise le retard de ses tests, mais l'action chute

le
0

PARIS (Reuters) - La société Carmat relativise le retard, confirmé lundi, des essais cliniques sur son projet de coeur artificiel, tout en assurant que son niveau de trésorerie est suffisant pour y faire face.

Carmat, dont les résultats semetriels révèlent un creusement de sa perte au premier semestre, mentionne dans un communiqué un "glissement dans le calendrier de ces tests et en conséquence, dans celui de la réalisation des premières implantations lié notamment au délai de validation des processus industriels avec nos partenaires".

Les essais se poursuivent de manière "satisfaisante" et des résultats intermédiaires "encourageants" ont été déposés à l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé(ANSM), ajoute la société.

Carmat doit fournir à l'ANSM un rapport d'endurance de cinq systèmes complets comprenant le coeur et tous ses composants externes ayant fonctionné en continu pendant quatre mois chacun pour finaliser son dossier.

"Il n'y a pas de problème sur le concept de coeur artificiel et le petit glissement sur le calendrier doit être relativisé au regard d'un projet de plus de 15 ans", a déclaré à Reuters une porte-parole de Carmat.

"Il n'y a pas d'inquiétude à avoir. Nous sommes en phase de finalisation mais on ne peut pas s'engager sur une date."

Selon la porte-parole, le niveau actuel de trésorerie de Carmat (16,6 millions d'euros à fin juin), auquel doit s'ajouter des fonds versés par Oséo ainsi qu'un crédit d'impôt recherche "permettront à Carmat de faire face à ces prochaines échéances".

L'absence de précision sur un retard, déjà évoqué en juillet, pèse néanmoins en Bourse. A 12h35, l'action Carmat chute de 8,28% à 110,98 euros, faisant ressortir une capitalisation boursière de 458 millions d'euros.

Introduite en 2010 à 18,75 euros, l'action progresse de plus de 32% depuis le début de l'année après un bond de près de 207% l'an dernier.

Carmat, créée en 2008, avait pour objectif de réaliser avant la fin 2011 la première implantation sur l'homme de son coeur artificiel. Mais en septembre 2011, la société avait ajusté sa prévision visant une implantation entre décembre 2011 et mars 2012. Deux mois plus tard, cet horizon était étendu jusqu'au deuxième trimestre 2012.

Le marché potentiel du coeur artificiel est évalué à 16 milliards d'euros au total et Carmat avait déclaré en février 2011 qu'elle en visait "au minimum" 10% d'ici à 2014.

Au premier semestre, la perte opérationnelle de Carmat est ressortie de 12,56 millions d'euros (contre -5,67 millions au S1 2011) et la perte nette de 10,7 millions d'euros (contre -4,8 millions).

Noëlle Mennella, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant