Carmat autorisé à tester son coeur artificiel en France

le
0

PARIS (Reuters) - La société Carmat a obtenu des autorités françaises l'autorisation de réaliser les premières implantations de son coeur artificiel sur quatre patients en France.

Dans un communiqué mis en ligne sur son site internet lundi soir, le groupe indique avoir obtenu le feu vert de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour procéder à sa première étude de faisabilité clinique.

La société avait déjà obtenu en mai l'autorisation de tester son coeur artificiel dans quatre centres médicaux à l'étranger.

A la Bourse de Paris, l'action Carmat fait un bond de près de 16% à 133 euros à 10h30, soit une capitalisation boursière de 550 millions d'euros.

"Outre la prouesse technologique qui place la société à la pointe de l'innovation, c'est une très bonne nouvelle. L'ANSM a été l'interlocuteur le plus difficile à convaincre en Europe, son autorisation est un gage de la qualité des travaux réalisés", écrit dans une note le courtier Portzamparc.

En France, Carmat pourra tester son coeur artificiel dans trois établissements : l'hôpital européen Georges Pompidou à Paris, le centre chirurgical Marie Lannelongue au Plessis-Robinson (Hauts-de-Seine) et l'hôpital Laënnec-Nord du CHU de Nantes (Loire-Atlantique).

"Les équipes de ces centres vont ainsi pouvoir débuter immédiatement le processus de sélection des patients", précise Carmat dans son communiqué.

L'un des critères de succès de l'étude sera notamment le taux de survie à un mois des patients, ajoute-t-elle.

Gwénaëlle Barzic, Raoul Sachs, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant