Carlton Sélection juge que le principal risque du Brexit est pour l'Europe

le
0

(AOF) - A en croire Daniel Gerino, président et directeur de la gestion de Carlton Sélection, l'Europe a sans doute plus à perdre à un Brexit que le Royaume-Uni. Dans un commentaire sur le sujet intitulé "Brexit : pile je gagne, face tu perds !", le gérant assure que "l’Europe ne peut se passer de la Grande Bretagne quelle que soit l’issue du vote", ce pays participant à hauteur de 0,50% de son PIB au budget de l’Union européenne et représentant 16% du PIB européen (contre 15% pour la France).

 Il juge que le danger est, non seulement, de donner des idées à d'autres peuples candidats à une séparation, mais surtout de signer l'échec d'un projet européen peu attractif.

Vu du Royaume-Uni, les conséquences probables d'une sortie de l'Union européenne pourraient même être finalement positives pour le pays. "Les conséquences en seraient une remontée des taux, un coût des produits importés plus élevé et donc une remontée de l'inflation. Le niveau actuel extrêmement bas (0,50%) ne mettrait pas en péril son économie. Bien au contraire, cela pourrait être une aubaine à une époque où la plupart des grandes économies mondiale craignent régulièrement la déflation. En revanche la compétitivité des produits et services britanniques en serait grandement améliorés. Les Britanniques profiteraient ainsi de cette "guerre des devises" sans avoir à mener bataille...", explique le président et directeur de la gestion de Carlton Sélection.

Daniel Gerino ne s'inquiète pas plus des dangers qu'un Brexit ferait planer sur l'économie britannique, à savoir une hausse des taux d'intérêt sur les fonds d'Etat et les obligations corporates, une chute de la bourse et une perte d'attractivité pour l'implantation de sociétés étrangères.

"L'Etat anglais dispose d'une des dettes d'Etat les plus longues (15 ans de vie moyenne contre 8 ans pour la France) lui permettant de laisser passer l'orage durant plusieurs années. La Bourse britannique reste fortement influencée par le secteur de l'énergie et des ressources de base. Or les matières premières sont en pleine reprise que ce soit l'énergie, les grains ou les métaux", rétorque le patron de Carlton Sélection.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant