Carlton de Lille : un réseau connecté avec les «services»

le
0
L'un des responsables était en relation avec le numéro deux de la DCRI.

À Lille

Sa présence a transformé la banale affaire de prostitution hôtelière. L'implication supposée de DSK dans des parties fines, organisées à Paris et outre-Atlantique, a chauffé à blanc le dossier de l'affaire du Carlton de Lille, un réseau de prostitution franco-belge. La défense de certains des mis en cause tente ainsi de tirer parti de sa présence dans le dossier en politisant l'affaire. «DSK, c'est le fantasme du dossier. La justice est instrumentalisée car les ­magistrats ont la possibilité de faire ­sauter l'affaire du siècle», accuse ainsi Karl Vandamme, l'avocat de Fabrice Paszkowski, mis en examen vendredi pour proxénétisme, escroquerie et abus de biens sociaux. Ce dimanche, c'est ­lepoint.fr qui révélait les liens existants entre René Kojfer et Frédéric Veaux, le numéro deux de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI).

Le chargé de relations publiques du Carlton, soupçonné d'être l'entremetteur entre prostituées et clie

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant