Carlton de Lille : Eiffage réplique aux «rumeurs»

le
0
L'enquête interne du groupe de BTP, dont un directeur est mis en examen pour proxénétisme, pourrait réserver des surprises.

«Acompte sur votre voyage à Washington dans le cadre de la visite du FMI»: ainsi est libellée la facture que Virginie Dufour, responsable d'une société en événementiel, adresse à la filiale d'Eiffage Matériaux enrobés du Nord, que dirige David Roquet, mis en examen pour proxénétisme aggravé dans le dossier du Carlton et placé en détention. Nous sommes en avril 2011. Les billets d'avion sont pris pour l'escapade américaine -et ses chaudes parenthèses avec Dominique Strauss-Kahn- qui aura lieu du 11 au 13 mai, à la veille du scandale du Sofitel. Sur une autre facture, d'un montant de 3.500 euros, est portée la mention «complément extras». Les trois voyages outre-Atlantique de David Roquet, accompagné du commissaire Lagarde, de Fabrice Paszkowski et de pseudos «secrétaires d'Eiffage», auront coûté 30.000 euros à Eiffage, via sa filiale.

D'autres parties fines étaient mises sur note de frais, dans la colonne «représentation». Tel ce dés

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant