Carlos invente des pistes sur l'attentat de la rue Marbeuf

le
0
Devant les assises de Paris, il se dit innocent de l'explosion du 22 avril 1982.

Des quatre attentats dont Illich Ramirez Sanchez, alias Carlos, répond devant les assises de Paris, la tuerie de la rue Marbeuf (un mort, des dizaines de blessés) est celui qui marque le plus les esprits, parce qu'il a été commis à deux pas des Champs-Élysées, semant la panique au c½ur de la capitale.

Ce 22 avril 1982, à 9 heures, un procès s'ouvre au palais de justice: celui du Suisse Bruno Bréguet et de l'Allemande Magdalena Kopp - épouse de Carlos -, complices du terroriste vénézuélien, interpellés en février armés jusqu'aux dents. À 9h02, une Opel Kadett orange, immatriculée en Autriche et bourrée de TNT, explose devant le n°33 de la rue Marbeuf. Une nuit de sang engloutit d'un coup cette belle matinée de printemps. Les photos d'époque montrent la pagaille, les tôles broyées, les gravats épars, les trottoirs maculés de mares pourpres.

Trônant au milieu du grand box qu'il occupe seul, M. Sanchez proteste de son innocence. Déjà, la semaine passüi>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant