Carlos Ghosn reste le patron le mieux payé du Japon

le
1
Carlos Ghosn reste le patron le mieux payé du Japon
Carlos Ghosn reste le patron le mieux payé du Japon

YOKOHAMA, Japon (Reuters) - Carlos Ghosn, PDG de Nissan, a déclaré mardi devant les actionnaires du constructeur automobile que sa rémunération globale - salaire et bonus - avait atteint 987 millions de yens (9,92 millions d'euros) sur l'exercice 2011-2012, ce qui en fait une nouvelle fois le dirigeant d'entreprise le mieux payé au Japon.

Ce total ne comprend pas les stock-options qui lui ont été attribuées - cet élément sera dévoilé au cours de la semaine - ni ce qu'il touche en tant que PDG de Renault (1,2 million d'euros).

Carlos Ghosn est l'un des dirigeants d'entreprise les plus en vue au Japon après avoir été l'artisan du spectaculaire redressement de Nissan, dont il a repris les rênes en 2001.

A son crédit figure également l'amélioration des résultats de Nissan plus rapide que celle de Toyota et Honda après les perturbations dans la chaîne de production occasionnées par le tremblement de terre et le tsunami du 11 mars 2011 dans le nord-est du Japon.

Nissan a justifié le salaire de Carlos Ghosn, en hausse de 0,5% par rapport à 2010-2011, en appelant à le comparer à ceux des dirigeants des grands constructeurs automobiles internationaux et non pas avec celui des patrons d'autres entreprises japonaises.

Le groupe a ainsi précisé que le salaire moyen des directeurs généraux des groupes automobiles à travers le monde était de 17,5 millions de dollars (14 millions d'euros). Une moyenne qui prend en compte les 29 millions de dollars reçus par Alan Mulally chez Ford et les 23 millions encaissés par Martin Winterkorn chez Volkswagen.

Yoko Kubota, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • vva22 le mardi 26 juin 2012 à 09:39

    Il les a mérité autrefois, c'est vrai mais les mérite-t-il toujours ? Je me rappelle les accusations de trahison proféré contre ses collaborateurs innocents au 20H de TF1; récemment il est venu réclamer un coup de pouce au gouvernement, soulignant ainsi l'échec de sa stratégie low cost à l'inverse de celle de ses concurrents qui réussissent, et enfin son agressivité dans la voiture électrique risque en cas d'échec commercial de mettre son groupe en facheuse posture.